Skip to content
L’industrie touristique des Rocheuses craint des pénuries de main-d’œuvre

Les exploitants d’hôtels et de restaurants doutent de voir les avantages de la refonte du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) avant 2024.

Il ne donne aucune solution immédiate dit le copropriétaire de deux restaurants à Banff, Stéphane Prévost. Nous sommes en crise.

Selon Stéphane Prévost, le secteur peine toujours à combler les postes vacants, malgré les augmentations salariales. Son commerce a dû fermer ses portes deux jours par semaine à cause de ce problème.

Il n’y avait tout simplement pas d’employés, souligne-t-il. Il est difficile de répondre à la demande.

Changements à PTET permettre aux secteurs touchés par une pénurie de main-d’œuvre d’embaucher jusqu’à 30 % de travailleurs étrangers. La levée de certaines restrictions à l’immigration et au travail devrait également faciliter l’accès à ces travailleurs.

Stéphane Prévost indique toutefois que le processus de demande pour le programme est coûteux, chronophage et fait face à des retards dans le traitement des demandes.

Pas une solution rapide

La Banff and Lake Louise Hotel Association demeure optimiste quant à cette version modifiée du PTET.

Je dirais que la partie  »temporaire » devrait être suppriméeestime néanmoins le président de l’association, Trevor Long. Nous avons besoin d’accéder à la main-d’œuvre mondiale et nous devons le faire plus rapidement et à moindre coûtdit celui qui gère également l’hôtel Rimrock et ses 333 chambres.

Trevor Long et son équipe ont soumis quatre candidatures au PTET en janvier 2021. Ils ont été avertis que l’attente du processus allait se prolonger jusqu’au printemps prochain.

Nous devons vraiment reconsidérer la façon dont nous accédons aux travailleurs au Canadail dit.

Trevor Long a travaillé dans un hôtel pendant près de trois décennies. Il révèle que de nombreux propriétaires offrent des incitatifs à l’embauche pour attirer plus de gens dans la région de Banff, mais qu’il demeure difficile de recruter des travailleurs canadiens.

Il cite des données de l’organisation pancanadienne des ressources humaines Tourisme Canada, qui, selon lui, prédit que cette pénurie de main-d’œuvre pourrait se prolonger jusqu’en 2028.

Avec des informations de Bryan Labby

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.