Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Divertissement

l’histoire du démantèlement d’un réseau pédophile dans un film polémique


Le « Sound of Freedom » d’Alejandro Monteverde a suscité la polémique aux États-Unis. L’histoire servirait les théories complotistes et l’acteur principal est proche de QAnon.

Pleins feux sur Tom McCarthy, en 2015, a brillamment mis en valeur le travail des journalistes de Globe de Boston pour dénoncer le fléau pédophile dans l’Église catholique américaine. Avec Son de la liberté, qui sort mercredi 15 novembre, le réalisateur mexicain Alejandro Monteverde aborde sa dimension internationale et mafieuse. Mais pour quelle vérité ?

Le film est considéré comme le récit d’une histoire vraie. Mais la véracité de cette affaire de trafic mondial d’enfants est remise en question aux États-Unis. Une théorie du complotrelayée par le mouvement QAnon servirait de base au scénario : c’est la fameuse affaire de l’adrénochrome, une drogue issue du sang des enfants qui alimenterait les élites mondiales de ces vertus régénératrices.

De nombreux médias américains s’inquiètent des liens de l’acteur principal avec le mouvement QAnon. Le producteur Eduardo Verástegui est un fervent défenseur des lois anti-avortement. Au-delà du thriller, telle est la vocation du message de Le son de la liberté qui interroge.

Des projets inquiétants

Ancien agent fédéral américain, Tim Ballard se lance dans une opération de sauvetage au péril de sa vie, pour libérer des centaines d’enfants emprisonnés par des trafiquants sexuels à travers le monde. Sur cette toile héroïque, Alejandro Monteverde filme un thriller utilisant les codes du film d’action pour aborder un sujet sérieux. Il est malheureusement servi par Jim Caviezel qui semble plus se demander ce qu’il fait là que d’avoir de profondes convictions.

Dans son troisième film, Alejandro Monteverde s’attaque au film de genre, après une romance et un film familial. Mené comme un thriller, Le son de la liberté montre des qualités de mise en scène en action. La réalisation ne tombe jamais dans le voyeurisme, mais génère des plans dérangeants ou inquiétants, comme celui d’un enfant assis au bord d’un lit d’hôtel, ou sous les draps, lorsqu’un homme arrive en se déshabillant.

L’action domine le sujet. Alejandro Monteverde aurait pu raccourcir les 2h11 du film qui énumère les barrières auxquelles Tim Ballard se heurte, et les menaces qui pèsent sur lui, des bidonvilles aux quartiers huppés. Dans l’air du film, Jim Caviezel joue plus d’action que de torture psychologique, plus physique que mentale.

La feuille

Genre : Thriller
Directeur: Alexandre Monteverde
Acteurs: Jim Caviezel, Bill Camp, Cristal Aparicio, Javier Godino
Pays : ÉTATS-UNIS
Durée : 2h11
Sortie : 15 novembre 2023
Distributeur : Répartition judicieuse



gn enter

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page