Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

L’ex-star écossaise Johnnie Beattie s’inquiète alors que l’Irlande « pousse la France à l’ours » : PlanetRugby

L’ancien numéro huit Johnnie Beattie attend pleinement une réponse de la France après sa lourde défaite contre l’Irlande à Marseille.

Les hommes de Fabien Galthie ont connu le pire départ possible après un revers 38-17 face aux hommes d’Andy Farrell le week-end dernier.

Les Bleus ont été relâchés dès le premier coup de sifflet et ont finalement inscrit cinq essais lors de la défaite contre l’Irlande lors du premier match des Six Nations.

L’expérience de Beattie en France

Une enquête sur le résultat choc a immédiatement commencé et Beattie, qui a joué pour Montpellier, Castres et Bayonne en Top 14, insiste sur le fait qu’ils seront bien meilleurs à Murrayfield.

« La seule chose qu’il faut savoir sur l’équipe de Fabien Galthie, c’est que c’est un groupe de Français très, très fiers, un groupe qui souffre après avoir été humilié à domicile », a-t-il déclaré dans son discours. BBC Sport colonne

« Un gros ours laid a été frappé avec un énorme bâton et il se dirige maintenant vers Édimbourg. Ils savent que s’ils perdent contre l’Écosse samedi, leur Tournoi des Six Nations sera terminé. La fierté est en jeu.

« C’est une chose culturelle avec le rugby français. Je l’ai vu dans tous les clubs avec lesquels j’ai joué et contre, et c’est plus pertinent en France que partout ailleurs, je pense. Quand vous êtes gêné devant vos propres fans, vous feriez mieux de réagir.

« Le public français du rugby est devenu fou depuis la défaite de vendredi face à l’Irlande. Ils sont passés par les entraîneurs et les joueurs. Cela n’a pas été épargné.

« Ces supporters exigeront que la France ne fasse aucun prisonnier à Murrayfield. C’est ce qui s’en vient.

Beattie a également souligné qu’il s’agit d’une équipe de France qui manque de beaucoup de talents et qui essaie de s’adapter après avoir vu certains entraîneurs clés partir après la Coupe du Monde.

« D’énormes changements ont été apportés dans la façon dont cette équipe est préparée. Galthie est toujours à la tête de tout, mais une grande partie de son personnel en coulisses a disparu », a-t-il déclaré.

« Thibault Giroud, le responsable de la performance et du conditionnement, est parti à Bordeaux. Kharim Ghezal a rejoint le Stade Français en tant qu’entraîneur des avants. Laurent Labit est également parti au Stade en tant qu’entraîneur principal.

« C’est une équipe de France avec de nouveaux entraîneurs qui tentent de s’intégrer et de nouveaux systèmes qui ne sont pas encore installés. C’est une équipe de France qui a déjà beaucoup joué au rugby cette saison, une équipe de France qui manque désormais non seulement (Antoine) Dupont et (Romain) Ntamack, mais aussi l’excellent Thibaud Flament, le gigantesque Emmanuel Meafou et (Paul) Willemse, suspendu .

« Mais je reviens à l’ours qui a été piqué avec un gros bâton. Ils arriveront à Édimbourg sans certains joueurs de classe mondiale qui ont contribué à en faire des champions du Grand Chelem en 2022, mais ils emporteront avec eux une certaine fureur. Des joueurs fiers, ceux-là. Le contrecoup arrive.

Fatigue

Les joueurs français pourraient également souffrir de fatigue, selon Beattie, alors qu’ils passent directement de la Coupe du monde au Top 14.

En comparaison, l’équipe irlandaise s’est beaucoup reposée et, par conséquent, avait l’air beaucoup plus fraîche avant son match des Six Nations vendredi dernier.

« Après la Coupe du Monde, les Irlandais se sont reposés, ont fait une rotation et ont pu se lancer dans la nouvelle saison. Les garçons français sont retournés dans leurs clubs et ont commencé à peu près tous les matchs depuis lors », a ajouté l’ancien arrière-ligne écossais.

« Je ne suis pas sûr qu’ils aient eu l’occasion de digérer mentalement ce qui leur est arrivé lors de la Coupe du monde et, physiquement, ils sont depuis dans la roue du hamster. »

EN SAVOIR PLUS: Brian O’Driscoll choqué par la France « mal entraînée » qui serait « effrayante » sous Andy Farrell

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

William Dupuy

Independent political analyst working in this field for 14 years, I analyze political events from a different angle.
Bouton retour en haut de la page