Skip to content
Les Ukrainiens hésitent à s’enregistrer pour être protégés

Un grand nombre de réfugiés ukrainiens hésitent à s’enregistrer pour bénéficier de la protection de l’UE, selon la Commission européenne.

S’adressant aux législateurs européens jeudi 12 mai, Beate Gminder, haut responsable de la commission, a déclaré que bon nombre de ces hésitations étaient fondées sur de fausses hypothèses.

Certains pensent qu’ils ne peuvent pas s’enregistrer une fois que leur entrée sans visa de 90 jours dans l’UE a expiré. D’autres pensent qu’ils ne peuvent pas retourner dans l’UE et bénéficier de la protection s’ils se rendent en Ukraine après leur enregistrement.

Les deux exemples sont incorrects, a-t-elle déclaré.

« Soyons très clairs, même si les 90 jours sont écoulés, les gens bénéficient toujours d’une protection temporaire ici. Ils ne sont pas illégalement dans l’UE », a-t-elle déclaré.

Gminder a déclaré que d’autres ne s’inscrivaient pas non plus parce qu’ils retournaient en Ukraine dans le cadre de leur entrée sans visa de 90 jours dans l’UE.

Plus de cinq millions d’Ukrainiens ont fui vers l’UE depuis le début de la guerre il y a à peine deux mois et demi, fin février. Parmi ceux-ci, environ 2,7 millions se sont inscrits pour une protection temporaire au 8 mai dans toute l’UE, plus la Norvège et la Suisse.

La répartition de ces chiffres par État membre doit encore être centralisée.

La Commission européenne dit qu’elle ne les a pas. Et l’Agence de l’Union européenne pour l’asile (EUAA) basée à Malte dit qu’elle ne peut pas publier les chiffres.

« Nous travaillons à changer cela car nous sommes très conscients qu’il y a beaucoup d’intérêt », a déclaré un porte-parole de l’EUAA la semaine dernière.

Mercredi, sa directrice Nina Gregori a déclaré dans un tweet que 19 000 Ukrainiens s’étaient inscrits en Roumanie. Elle a également noté la Grèce avait enregistré 11 000.

Plus tôt cette année, la Hongrie a été accusée d’avoir fait des déclarations trompeuses sur ses chiffres.

Bien que plus d’un demi-million soient arrivés fin mars, seuls 7 749 s’étaient inscrits pour bénéficier d’une protection dans le pays à ce moment-là, selon les conclusions du Comité hongrois d’Helsinki, une ONG de défense des droits humains.

Environ 1,6 million de personnes sont également rentrées dans le pays depuis le début de la guerre, au 9 mai.

Gminder a déclaré qu’environ un tiers d’entre eux reviennent parce qu’ils veulent retrouver leur famille à la maison, y compris des parents âgés ou des maris qui n’ont pas été autorisés à partir.

Un autre tiers est revenu parce qu’il pense que c’est sûr dans sa région. Le reste, soit 40%, fait des allers-retours entre l’Ukraine et un État membre de l’UE, a-t-elle déclaré.

Les ressortissants ukrainiens ont également déposé environ 20 300 demandes de protection internationale dans l’UE depuis le début de la guerre.




euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.