Skip to content
Les travailleurs de Rolls-Royce rejettent l’offre des employeurs et poursuivent la grève


Les travailleurs de Rolls-Royce Canada ont rejeté la dernière offre patronale à 75 % dimanche et ont décidé de poursuivre la grève entamée en mars.

• Lisez aussi : Rolls-Royce licencie le président du syndicat pendant le lock-out

« Après plus de quatre mois de confinement sauvage, ils ont envoyé un message très fort : nous résisterons jusqu’au bout. La seule issue satisfaisante à ce conflit sera une entente négociée », a déclaré le président du Syndicat des travailleurs de Rolls-Royce Canada, Frédéric Labelle, dans un communiqué.

« L’inflation est à des niveaux records, les pénuries de main-d’œuvre sont généralisées alors que le secteur aéronautique se remet d’années difficiles. Dans ce contexte, il est indécent que Rolls-Royce cherche aujourd’hui à sabrer sans vergogne dans les conditions de travail des salariés qui ont fait sa réputation d’excellence », a pour sa part indiqué le vice-président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM -CSN), Serge Berthiaume.

Sans convention collective depuis mars 2020, les quelque 530 travailleurs spécialisés dans l’entretien des moteurs d’avions de Rolls-Royce Canada réclament un contrat de travail de cinq ans. Ils veulent notamment éliminer les clauses « orphelin » du régime de retraite et des assurances collectives, améliorer les salaires et les heures de travail et améliorer les congés.

Les travailleurs se sont mis en grève le 15 mars après que l’employeur a décidé de les mettre en lock-out.



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.