Skip to content
Les sociétés minières développent des liens avec les fournisseurs d’Amos


L’événement est organisé par la Chambre de commerce et d’industrie Centre-Abitibi, la Ville d’Amos et l’Institut canadien des mines, section Amos. Il est normalement présenté tous les deux ans, mais n’avait plus eu lieu depuis 2019 en raison de la pandémie.

Conférences et rendez-vous d’affaires ont ainsi été l’occasion pour une dizaine d’entreprises minières d’établir souvent un premier contact avec quelques-uns des 36 fournisseurs locaux de biens et services inscrits à l’activité. C’est exactement l’objectif de cette journée qui s’inscrit dans les activités développées depuis 10 ans pour permettre aux entreprises d’Amos de profiter elles aussi des retombées économiques de l’industrie minière.

Claude Balleux, président de la Chambre de commerce et d’industrie Centre-Abitibi.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

 » Il y a des liens nécessaires à faire, surtout à Amos, où nous ne sommes pas traditionnellement impliqués dans l’industrie minière. Cela permet aux compagnies minières de connaître les fournisseurs d’ici, qui sont prioritaires, et c’est très avantageux pour tout le monde. »

Une citation de Claude Balleux, président de la Chambre de commerce et d’industrie Centre-Abitibi

« Autant les compagnies minières profitent d’avoir un bon nombre de fournisseurs, autant les fournisseurs profitent d’avoir ces clients potentiels qui sont quand même importants. Un fournisseur alerte sera à l’affût de ce que la compagnie minière va lui dire et pourra transformer ce qu’il entend en opportunité, en produit à offrir », précise M. Balleux.

Les sociétés minières développent des liens avec les fournisseurs d’Amos

Sébastien D’Astous, maire d’Amos.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Le maire d’Amos, Sébastien D’Astous, s’est réjoui de voir autant de participants qui en auront profité, espère-t-il, pour nouer de nouveaux liens d’affaires.

C’est toujours un grand succès. Il est important pour un milieu comme le nôtre, qui est peu minéral, où il y a peu de traitement du minerai, de regrouper les grandes entreprises et les fournisseurs de services, qui résident souvent à Amos ou dans la MRC Abitibi. , et de les mettre en relation, en contact. Nous voulons garder le cap pour développer la filière minérale dans notre secteur. C’est essentiel et bien vu par notre communauté entrepreneurialedit M. D’Astous.

Les sociétés minières développent des liens avec les fournisseurs d’Amos

Quelques fournisseurs étaient présents avec leur stand, dont l’entreprise manufacturière Polyplast.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Une activité essentielle

Pour Marc-André Lavergne, directeur général régional du projet Wasamac de Yamana Gold à Rouyn-Noranda, cette journée de réseautage minier est rapidement devenue incontournable.

Il est important que notre équipe soit présente, car cela nous permet d’expliquer notre projet aux fournisseurs de la région de l’Abitibi, les activités qui se déroulent et qui s’en viennent sur le projet Wasamac. Cela nous permet également de comprendre les services qui sont offerts et de rencontrer de nouvelles entreprises que nous n’avons pas eu la chance de rencontrer jusqu’à maintenant. C’est vraiment un jour que nous ne voulons pas manquerfait-il remarquer.

Les sociétés minières développent des liens avec les fournisseurs d’Amos

Marc-André Lavergne (au centre), directeur régional et général de Wasamac, discute avec des fournisseurs potentiels.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Même son de cloche d’Alger St-Jean, chef de l’exploitation chez Magneto Investments, l’entreprise qui développe le projet Dumont à Launay, près d’Amos.

Pour nous, il est très important de maintenir le lien avec les prestataires de services du secteur minier pour le futur projet Dumont, maintenant que les conditions sont bonnes avec le prix du nickel. Nous voulons être sûrs de maintenir ces liens avec les fournisseurs locaux, afin d’être prêts pour le démarrage du projet sur lequel nous travaillons depuis des années.il argumente.

Contact humain

Les sociétés minières développent des liens avec les fournisseurs d’Amos

Mario Rouillier, président du groupe Rouillier.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Mario Rouillier, président du Groupe Rouillier, est très heureux de pouvoir renouer avec les gens de l’industrie, car son entreprise se spécialise dans le forage. Selon lui, ce contact humain facilite grandement le développement des relations d’affaires.

« Nous n’avons pas rencontré nos gens depuis trois ans. C’est l’occasion de les revoir ou de se présenter, car il y a de nouveaux visages et nous proposons de nouveaux services. C’est toujours bénéfique de rencontrer des gens et de garder le contact, rien ne remplacera cela. On les a rencontrés, mais via la technologie, avec Teams ou Zoom, et ce n’est pas du tout pareil. Les contacts sont différents. On a quand même pu faire des affaires, mais la chaleur humaine n’est pas là et le courant ne passe pas de la même façon », observe-t-il.

La journée du réseau minier d’Amos sera de retour en 2024.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.