Skip to content
Les rouages ​​de Celsius Network encore mystérieux pour l’AMF


Alors que la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) continue de défendre son investissement entre « 150 et 300 M$ » dans Celsius Network, l’Autorité des marchés financiers (AMF) poursuit ses vérifications et tente toujours de comprendre les activités de ce la société.

Le PDG de l’AMF, Louis Morisset, a indiqué hier en commission des finances publiques à la députée de Québec solidaire, Ruba Ghazal, que son organisation collaborait toujours avec la Securities and Exchange Commission (SEC) aux États-Unis pour allumer Celsius.

En octobre, la CDPQ a conclu une ronde de financement de 400 millions de dollars américains avec la société de capital de croissance WestCap pour la «plate-forme mondiale d’intérêt et de prêt de crypto-monnaie». Ensuite, le butin a bondi à 750 millions de dollars dans les semaines suivantes grâce à de nouveaux investisseurs.

Arrestation en Israël

À l’automne, l’AMF a déclaré qu’elle gardait déjà un œil sur Celsius. En novembre, la police israélienne a arrêté le directeur financier.

Après plus de six mois de vérification, le chien de garde des marchés financiers du Québec n’est toujours pas en mesure de confirmer si Celsius a des opérations ou des clients dans la province. Il est également encore trop tôt pour établir des lignes directrices pour encadrer cette nouvelle industrie.

D’abord comprendre ce qu’ils font

«Nous continuons à comprendre d’abord ce qu’ils font. […] Il se peut que ce qu’ils font en ce moment ne soit pas conforme à la réglementation en vigueur. Ils émettent des titres immobiliers, ils distribuent des titres », a déclaré le PDG, interrogé sur l’enquête par ses troupes.

Même si un flou persiste, le ministre des Finances, Éric Girard, a mentionné, pour sa part, ne pas avoir l’intention de s’immiscer dans la gestion du portefeuille de la Caisse. « Ce n’est pas mon rôle », a-t-il déclaré.

Mercredi, le président des Chaussettes de laine du Québec, Charles Émond, a dû encore une fois défendre les investissements de son organisation dans Celsius au micro de Paul Arcand, à 98,5.

« Ce n’est pas un investissement dans la crypto-monnaie. […] Nous avons investi dans un modèle commercial qui est la blockchain », a-t-il déclaré. Celsius est un leader mondial avec des milliards de revenus », a-t-il ajouté.


Les rouages ​​de Celsius Network encore mystérieux pour l’AMF

Photo tirée du compte Twitter de Celsius

Mashinsky apparaît avec de petits investisseurs qui prétendent être devenus riches grâce à Celsius.

Crypto-monnaies

Lors de l’étude des crédits budgétaires, l’AMF a également été interrogée sur les cryptomonnaies, une industrie qui gagne en popularité et qui attire de nombreux jeunes investisseurs en quête de rentabilité rapide.

Tout en invitant à la prudence, la direction de l’AMF concède que ces nouveaux produits financiers sont peut-être un « actif d’avenir ». C’est pourquoi la direction travaille actuellement avec d’autres organisations canadiennes pour réglementer les cryptos plus stables, comme le bitcoin.

« Notre perspective est que le phénomène n’est pas voué à disparaître à moins qu’une catastrophe technologique ou un autre enjeu majeur ne se cristallise dans les semaines ou les mois à venir », a noté M. Morisset.

L’AMF prévoit également de publier prochainement sur son site l’identité des six plateformes de cryptomonnaies qui ont accepté de montrer leurs identifiants.

« Il n’y a actuellement que six plateformes au Canada qui sont enregistrées. Une cinquantaine d’autres plateformes ont fait une demande d’inscription », a conclu M. Morisset.



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.