Skip to content
les premiers députés outre-mer sont connus, les Nupes en force — RT en français

La députée sortante et membre du gouvernement Justine Bénin a été battue au second tour des élections législatives en Guadeloupe. Les électeurs de Guyane, de Guadeloupe et de Martinique envoyèrent à l’Assemblée plusieurs députés soutenus par Nupes.

Les premiers résultats officiels des élections législatives pour l’outre-mer sont tombés dans la matinée du 19 juin. La secrétaire d’État à la Mer Justine Bénin (Ensemble, macroniste) a notamment été battue en Guadeloupe. Par ailleurs, plusieurs députés soutenus par le Nupes (avec Jean-Luc Mélenchon en tête) ont remporté des circonscriptions.

La Guadeloupe reste de facto à gauche : trois nouveaux élus sur quatre sont soutenus par le Nupes. Dans la troisième circonscription, un député MoDem apparenté (mais dissident d’Ensemble) l’a emporté. L’abstention a été très forte avec moins de 28,23% de participation.

La Guadeloupe en détail

Dans la première circonscription, le député sortant Olivier Serva, ex-LREM et soutenu par La France insoumise (LFI) pour le second tour, non sans faire sensation au sein du parti, a été élu avec 74,04 %. Il souhaite créer « un groupe outre-mer à l’Assemblée nationale [et] défendre la réintégration des soignants suspendus ».

Dans la deuxième circonscription, Christian Baptiste, candidat du Nupes, a été élu avec 58,65% des suffrages face à la députée sortante Justine Benin récemment nommée secrétaire d’Etat à la Mer.

Dans la troisième circonscription, le candidat du Rassemblement national (RN) Rody Tolassy n’a pas remporté de mandat parlementaire alors que c’est dans l’archipel que Marine Le Pen avait décroché son meilleur score (près de 70 %) au second tour de l’élection présidentielle. . Le député sortant Max Mathiasin (sans étiquette, apparenté au MoDem), arrivé deuxième au premier tour, l’a donc finalement emporté dans ce second tour (52,12 % des suffrages).

Dans la quatrième circonscription, sans surprise, Elie Calife, soutenu par LFI, a été élu avec 100 % des suffrages exprimés. Il était le seul candidat en lice après le désistement de son adversaire Marie-Luce Penchard (Ensemble).

En Martinique

Jiovanny William, Marcellin Nadeau et Johnny Hajjar, soutenus par LFI, découvriront pour la première fois les bancs de l’Assemblée nationale. Ils ont été élus respectivement dans la première (Centre), la deuxième (Nord) et la troisième circonscription (Fort-de-France) de la Martinique. Jean-Philippe Nilor (Nupes) a été élu pour la troisième fois consécutive dans la quatrième circonscription (Sud). Il devance largement son prédécesseur et ancien mentor Alfred Marie-Jeanne.

La formation politique de l’ancien président du Conseil exécutif de la collectivité territoriale de Martinique, le Gran Sanblé, a également été battue dans toutes les circonscriptions de l’île alors qu’elle avait réussi à qualifier ses quatre candidats au second tour. législatives.

Plus élevée qu’au premier tour, la participation est restée très faible puisque seulement un quart des électeurs s’est rendu aux urnes (25,71%, en hausse de 4 points par rapport au premier tour).

En Guyane

Les électeurs guyanais ont choisi le renouvellement. Dans la première circonscription, qui comprend la préfecture de Cayenne, c’est Jean-Victor Castor qui endosse le costume de député. Militant du Mouvement pour la décolonisation et l’émancipation sociale (MDES), dont il est l’un des co-fondateurs, il est un fervent partisan de l’évolution statutaire du territoire.

Dans la deuxième circonscription, Lénaïck Adam, qui était soutenu par la majorité présidentielle, a été délogé de son siège de député par Davy Rimane. Le syndicaliste, soutenu par LFI, a recueilli 54,12 % des suffrages exprimés.

Au second tour, l’abstention a diminué dans les deux circonscriptions.

A Saint-Barthélemy et Saint-Martin

Frantz Gumbs, le candidat multicentre soutenu par la majorité présidentielle Ensemble a été élu député face à un dissident Les Républicains (LR). Il recueille 67,21 % des suffrages exprimés, soit 3 921 voix. La participation a été très faible sur les deux îles, à 24,56%, près de deux points de moins qu’en 2017 (26,11%).

A Saint Pierre et Miquelon

Au terme d’un duel serré, l’ancien président de la collectivité territoriale (2017-2020) Stéphane Lenormand (AD, diverses droites) a été élu député de ce territoire dans la circonscription unique, avec 50,36 % des voix, face à Olivier Gaston (Nupès). Seuls 19 votes séparent les deux candidats et 186 bulletins nuls ont été enregistrés.

Le taux de participation global pour ce second tour des élections législatives à Saint-Pierre et Miquelon est de 55,95%, en légère hausse par rapport au premier tour (53,45%) mais en deçà des 75,35% atteints lors du second. tourner en 2017.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.