Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
actualité économiqueNouvelles locales

Les patients sont-ils la priorité ?


Alors que l’accès aux soins devient de plus en plus difficile, on assiste à des négociations complètement ahurissantes entre l’assurance maladie et les représentants des médecins. La baisse du nombre de médecins généralistes a été délibérément organisée et se poursuit. La médecine générale n’est pas la plus populaire en raison des conditions de travail et du différentiel de rémunération avec les autres spécialités. De plus, le maintien de la rémunération à l’acte sclérose le système. Aujourd’hui, plus de 60 % des dépenses de la Sécurité sociale concernent des patients de plus de 50 ans, atteints de maladies chroniques qui peuvent être soignées mais pas guéries. Leur prise en charge nécessite une équipe de professionnels de santé qui travaillent en étroite collaboration et interviennent régulièrement. L’empilement des soins sans réelle coordination conduit à de mauvais résultats, tout en multipliant les gestes techniques coûteux.

La situation actuelle n’est plus acceptable, avec 6,5 millions de personnes sans médecin, dont plus de 600 000 souffrant de maladies de longue durée. L’accès aux spécialistes devient de plus en plus difficile, avec la généralisation des dépassements d’honoraires entraînant des renoncements aux soins, des retards de traitement et, in fine, une détérioration de l’état de santé des patients. La réponse actuelle est un palliatif de mauvaise qualité, avec des centres de soins non programmés et des téléconsultations qui conduisent à une sorte d’ubérisation de la médecine : seul un médecin traitant attitré et disponible est capable d’assurer un suivi régulier.

Dans ce contexte, axer les négociations sur la seule augmentation du montant de la concertation à 50 euros est une grave erreur. Au vu des expérimentations menées et des expressions des jeunes médecins, il est indispensable de réfléchir à la modification des modalités d’exercice et de rémunération des médecins. L’exercice en structures collectives pluriprofessionnelles montre son efficacité, à la grande satisfaction des professionnels. De plus, la main-d’œuvre attire de plus en plus de monde. Elle a l’avantage de soulager les praticiens des tâches de gestion et d’organisation imposées par la pratique libérale. L’emploi salarié n’a rien de dégradant et n’implique pas une perte de liberté pour les professionnels. Le statut des salariés peut être varié, de celui de fonctionnaire à celui de salarié d’une structure coopérative. Face à la gravité de la crise actuelle, une politique de rupture s’impose autour de deux axes : la réponse aux besoins des patients, qui doit être la priorité, et une amélioration des conditions de travail et de rémunération des professionnels de santé.


Grb2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page