Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles

Les ossements d’un enfant décédé il y a 20 ans découverts enterrés dans le jardin d’un couple en Seine-Saint-Denis

l’essentiel
Découverte macabre à Pantin, en Seine-Saint-Denis : les ossements humains d’un enfant décédé il y a 20 ans ont été découverts enterrés dans le jardin d’une propriété dans laquelle vit un couple. Ils ont été présentés à la justice.

Un couple a été présenté devant le tribunal jeudi au lendemain de la découverte d' »ossements humains » enterrés dans le jardin de leur maison à Pantin (Seine-Saint-Denis) dans le cadre d’une enquête sur un mystérieux meurtre d’enfant. Il y a 20 ans, a appris l’AFP de source policière jeudi.

Cette affaire singulière a débuté en janvier 2021 lorsque, à la suite d’une plainte pour violences conjugales contre son mari, une mère de famille nombreuse a indiqué que celui-ci aurait tué en 2004 son fils de 5 ans, qu’elle avait ramené du Togo. Une enquête préliminaire est alors ouverte pour tenter de déterminer l’existence de cet enfant fantôme et retrouver un éventuel cadavre.

Placé en garde à vue

Les recherches n’aboutissent alors qu’à une information judiciaire, confiée à un juge d’instruction de Bobigny, ouverte en 2023. Après une accumulation d’enquêtes, le couple, dont l’homme a 65 ans et la femme 54 ans, a été interpellé mardi. Ils ont été placés en garde à vue du chef de meurtre sur mineur de moins de 15 ans au bureau de la sûreté territoriale, chargé de l’enquête depuis 2021.

« Sur la base des éléments précédemment accumulés, des témoignages ont permis de cibler l’endroit où l’enfant était susceptible d’avoir été enterré », a indiqué à l’AFP une source policière.

Mercredi en fin de journée, des perquisitions ont été menées dans le jardin de leur maison à Pantin où ils habitaient au moment des faits. Vers 19H00, les perquisitions « ont permis la découverte d’ossements humains susceptibles de correspondre à la tranche d’âge de la victime », estimée à « 5-10 ans », poursuit cette source.

« Aucun détail sur la façon dont il est mort »

L’expertise doit maintenant établir si ces ossements, qui seraient restés sous terre pendant une vingtaine d’années, sont bien ceux d’un enfant et si l’ADN correspond à au moins un des parents. Le cas échéant, ils devront également tenter de déterminer les circonstances du décès, les suspects ne donnant « aucun détail sur la manière dont il est décédé », a indiqué une source policière.

L’enquête n’a pas encore permis de retrouver la moindre trace de l’existence légale de la victime présumée, qui s’appelle Virgile selon la plainte initiale de 2021. Les suspects ont été présentés jeudi en fin de journée à un juge d’instruction, selon une source policière. Contacté par l’AFP, le parquet de Bobigny n’a pas souhaité communiquer sur ce dossier en raison de l’information judiciaire en cours.

gn headline

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page