Skip to content
Les manifestations indigènes en Équateur se poursuivent malgré une petite concession Par Reuters


6/6

© Reuters. Des manifestants tenant des boucliers de fortune défilent lors d’une manifestation antigouvernementale au milieu d’une impasse entre le gouvernement du président Guillermo Lasso et des manifestants en grande partie indigènes exigeant la fin des mesures d’urgence, à Quito, en Équateur, les 23 et 20 juin.

2/6

Par Alexandra Valence

QUITO (Reuters) – Le gouvernement équatorien a accepté jeudi une demande de manifestants indigènes qui ont organisé 11 jours de manifestations, leur donnant accès à un centre culturel, mais de violents affrontements pendant les marches se sont poursuivis.

Les inquiétudes concernant les prix du carburant, de la nourriture et d’autres produits de base ont explosé en manifestations parfois violentes à travers le pays depuis le 13 juin, incitant le président Guillermo Lasso à déclarer l’état d’exception dans six provinces. , dont celle de Quito, la capitale.

Les manifestations – plus longues et plus importantes que les marches sur les prix du carburant en octobre de l’année dernière – testent la capacité de Lasso à relancer l’économie et à relancer les emplois.

Lasso a une relation controversée avec l’Assemblée nationale, dont les législateurs ont bloqué ses propositions, et il a lutté pour contenir la violence croissante qu’il attribue aux gangs de la drogue.

Jeudi après-midi, le gouvernement a autorisé des milliers de manifestants à pénétrer dans le siège d’une importante organisation culturelle et a retiré les forces de sécurité. En échange, ils ont exigé que les personnes et les biens tels que la nourriture et les médicaments puissent circuler librement.

« Il n’est pas possible de lever l’état d’exception », a déclaré jeudi matin le ministre du gouvernement Francisco Jimenez à la radio locale, faisant référence à une autre demande des manifestants.

Le gouvernement se conforme aux demandes des autres manifestants, a-t-il dit, y compris les engrais subventionnés, l’annulation des dettes bancaires et l’augmentation des budgets pour la santé et l’éducation.

« Nous ne sommes pas venus ici pour que des gens meurent, pour que des gens soient blessés », a déclaré Leonidas Iza, le chef du groupe indigène CONAIE.

Malgré le geste du centre culturel, les affrontements entre manifestants et forces de sécurité se sont poursuivis à Quito jeudi après-midi, et un important groupe de contre-manifestants s’est rassemblé dans le nord de la ville pour exiger la fin des blocages.

Les manifestants sont entrés dans des fermes horticoles et des blocs pétroliers, causant des dégâts par endroits et ayant un impact négatif sur la production de brut.

La compagnie pétrolière d’État Petroecuador a annoncé que sa production avait presque diminué de moitié en raison des manifestations.

« Nous avons perdu des usines de production, des pipelines secondaires, des stations de collecte et le pipeline trans-équatorien (SOTE) n’a plus de brut à pomper », a déclaré à la radio le directeur de Petroecuador, Italo Cedeno. local.

Les dirigeants de la manifestation ont dénoncé la brutalité policière lors des manifestations, un manifestant identifié comme Byron Guatatoca ayant été tué après avoir été frappé à la tête avec une cartouche de gaz lacrymogène.

Un autre manifestant a été tué la semaine dernière après être tombé dans un ravin. Le ministère de la Santé a déclaré que deux personnes sont mortes dans des ambulances retardées par des barrages routiers.

Le président a été testé positif au coronavirus mercredi soir, selon le gouvernement.


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.