Skip to content
Les interprètes en grève du Parlement européen veulent que le président intervienne
Écouter l’article

Les négociations pour résoudre une grève entre les interprètes du personnel du Parlement européen et son administration ont échoué.

Des efforts sont actuellement déployés pour faire passer les pourparlers au niveau politique dans l’espoir que le cabinet de la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, puisse trouver une solution.

Lire et décider

Rejoignez EUobserver aujourd’hui

Devenez un expert de l’Europe

Accédez instantanément à tous les articles et à 20 ans d’archives. Essai gratuit de 14 jours.

… ou inscrivez-vous en groupe

Et tandis que les interprètes travaillent dans les cabines et sur place, ils refusent toujours d’interpréter ceux qui se connectent à distance en raison de la mauvaise qualité du son et de l’augmentation de la charge de travail.

Les craintes pour l’emploi futur augmentent également suite à une demande de la direction générale du personnel du Parlement (DG Pers) d’enregistrer les grévistes.

Pendant ce temps, les trois réunions tenues cet été avec la DG Pers et la direction générale de la logistique (DG Linc) n’ont pas trouvé de solution.

Un e-mail interne envoyé par les syndicats U4U et Union Syndicale Fédérale Bruxelles à Metsola, vu par EUobserver, a déclaré que les réunions avaient été une perte de temps. Il a noté que le chef de la DG Pers, Kristian Knudsen, « n’avait pas pour mandat de négocier un quelconque cadre juridique ».

Ainsi, lorsque l’administration du parlement a envoyé une nouvelle invitation en septembre pour négocier, les syndicats et les représentants des interprètes ont refusé.

Les interprètes veulent des règles pour réglementer l’exposition au son dégradé. Cela pourrait signifier plafonner la durée des réunions, par exemple, ou un autre cadre adapté aux interventions à distance.

Maintenant, ils veulent que Metsola intervienne, dans un format qui avait contribué à inaugurer d’autres changements à la suite d’une grève des interprètes en 2018.

La grève devrait se poursuivre jusqu’au 27 septembre.


euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.