Skip to content
Les habitants de Lytton offensés par une publicité filmée dans leur village en ruine |  Pensionnats autochtones


La publicité d’ATCO Group, une entreprise basée à Calgary active dans les secteurs de l’ingénierie, de la logistique et de l’énergie, montre deux jeunes enfants conduisant à travers une ville en portant un petit arbre dans une charrette qu’ils tirent derrière elle, sur une reprise de la chanson de 1985 par Katrina et les vagues, Marcher sous le soleil.

En déambulant dans les rues du village, ils croisent des ouvriers au volant de leur engin de chantier ou de leur camion portant le nom de l’entreprise, tandis que les façades des immeubles carbonisés et autres traces de l’incendie.

Les jeunes filles passent alors devant un panneau indiquant l’école rouvre aujourd’hui. Ils s’arrêtent devant le bâtiment, composé de modulaires floqués au nom de l’entreprise, et tentent en vain de creuser un trou pour planter l’arbre qu’ils transportent.

Un employé d’ATCO, qui observe la scène, arrête alors son travail et vient aider les filles à creuser un trou. L’annonce se termine par le slogan Depuis plus de 75 ans, nous sommes là où le monde a besoin de nous.

Je pense que cette publicité est de très mauvais goût. dit Micha Kingston, résidente de Lytton, qui se demande pourquoi l’entreprise essayer de capitaliser [leur] la tragédie.

Elle ajoute qu’il était difficile de regarder une publicité mettant en scène de jeunes enfants de Lytton, alors qu’elle et sa fille ne sont pas autorisées à retourner en ville.

 » Il est ridicule de suggérer que les enfants de Lytton errent joyeusement dans les rues pour se rendre à l’école, et cela atténue la souffrance de tous les habitants qui sont toujours déplacés. »

Une citation de Micha Kingston, résidente de Lytton.

Dans la vidéo décrite par l’ACTO comme « entièrement fictive », deux filles marchent vers une installation censée représenter leur nouvelle école temporaire.

Photo : YouTube/ACTO

Elle note également que s’ils étaient autorisés à se rendre dans leur village, ils devraient porter un équipement de protection individuelle, contrairement aux personnes de l’annonce.

C’est un peu comme une gifle de voir ces jeunes enfants se promenerelle continue.

Vidéo entièrement fictif

Dans un communiqué, la société admet que le scénario de réouverture de l’école est une œuvre de fiction et a déclaré qu’elle avait travaillé avec le village et fait un don aux efforts de reconstruction avant le début du tournage. La publicité.

Nous n’avions pas l’intention de représenter Lytton, mais de filmer une histoire inspirée de notre travail – qui comprend la réponse aux catastrophes et la construction d’écoles au Canada, en Australie et au-delà.a déclaré la société dans un communiqué.

Sur le réseau social Twitter, elle a précisé que l’histoire était entièrement fictif et celui-là portion la publicité avait été filmée à Lytton.

« Déconcertant »

Le député libéral de Peace River North, Dan Davies, a soulevé la question à l’Assemblée législative jeudi, demandant pourquoi une entreprise privée a pu filmer une publicité à Lytton avant que les résidents ne soient autorisés à revenir pour reconstruire leur vie.

Le ministre de la Sécurité publique de la Colombie-Britannique, Mike Farnworth, a déclaré qu’il s’agissait d’une décision prise par le conseil municipal de Lytton, ajoutant que ce n’était pas quelque chose qu’il aurait fait.

Ils ne viennent pas demander la permission à la provincedit Mike Farnworth. Très franchement, j’ai trouvé ahurissant que cela puisse arriver.

Le maire de Lytton, Jan Polderman, a déclaré jeudi qu’il n’avait pas vu la publicité finale, mais que le tournage n’avait pas entravé les efforts de nettoyage.

Il reconnaît qu’il y a un petit nombre de critiques de la vidéo, mais souligne également qu’elle est destinée à montrer que l’effort de reconstruction commence.

Avec des informations de Jon Azpiri.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.