Skip to content
Les groupes politiques évitent l’eurodéputé d’extrême droite pro-Kremlin

Un certain nombre de législateurs européens débattent de la manière de traiter un député européen pro-Kremlin, qui dirige un dossier au sein de la commission des affaires étrangères du Parlement.

L’eurodéputé français Thierry Mariani, du groupe d’extrême droite Identité et Démocratie (ID), est le fer de lance d’un rapport sur les fonds européens au Liban.

C’est la première fois que la commission des affaires étrangères attribue un rapport à un député européen d’Identité et Démocratie, cinquième au Parlement européen et droite dure des Conservateurs et réformistes européens et du Parti populaire européen.

« Nous n’avons pas soutenu cela », a déclaré l’eurodéputée belge Hilde Vautmans, coordinatrice du comité pour les libéraux de Renew Europe, dans un e-mail.

Des commentaires similaires sont venus du coordinateur du comité socialiste de Croatie, Tonino Picula.

Picula dit que le groupe a une politique de longue date de « cordon sanitaire », un terme français utilisé pour décrire le fait d’empêcher l’extrême droite d’avoir une influence législative. Il dit qu’en tant que coordinateur, il avait réussi à empêcher l’ID d’obtenir un rapport dans le passé.

« Cette fois malheureusement, bien que nous ayons voté contre, la majorité des groupes ont décidé de remettre le rapport à ID », a-t-il déclaré.

Picula dit qu’ils vont maintenant boycotter la procédure et voter contre le rapport. « Travailler dessus sera utilisé par Mariani pour signaler la » normalisation « de l’identité, ce que nous ne voulons pas », a-t-il déclaré.

D’autres sont moins sûrs, étant donné que Mariani a un mandat démocratique pour exercer ses fonctions. Interrogé pour un commentaire par EUobserver, le député européen n’a pas répondu.

Son projet de rapport sur le Liban met en lumière la corruption dans tout le pays, ainsi qu’un sentiment d’injustice de la population à l’encontre des quelque 1,5 million de réfugiés syriens qu’il accueille.

Beyrouth fait pression sur les réfugiés syriens pour qu’ils retournent volontairement en Syrie. Mais beaucoup craignent d’être torturés par le régime de Bachar al-Assad soutenu par la Russie.

Le Parlement européen, dans une résolution sur la Syrie l’année dernière, a condamné le régime d’Assad, mis en garde contre la normalisation des relations avec lui et souligné le rôle destructeur de la puissance de feu russe dans la guerre civile.

Mariani faisait partie des rares eurodéputés qui ont voté contre. En décembre dernier, il s’est également opposé à une résolution demandant à Moscou de retirer ses troupes le long de la frontière ukrainienne.

La question a mis en évidence d’autres liens possibles avec le régime syrien et le principal assistant parlementaire de l’eurodéputé Charles de Meyer.

Meyer est président de SOS Chrétiens d’Orient [Christians of the East]une ONG d’extrême droite française fondée en 2013.

En février, le média parisien Mediapart a rapporté que les procureurs antiterroristes français enquêtaient sur SOS Chrétiens d’Orient.

Mediapart affirme que les procureurs recherchent des liens présumés entre l’ONG et des criminels de guerre du régime syrien. Ils disent également qu’il avait collecté des fonds pour la milice pro-gouvernementale syrienne, les Forces de défense nationale. SOS Chrétiens d’Orient a nié tout acte répréhensible.

Mariani pourrait être le premier législateur de l’Identité et Démocratie à diriger un rapport au sein de la commission des affaires étrangères.

Mais il n’est pas le seul eurodéputé du groupe ID à être le fer de lance d’un rapport. Parmi les autres figurent Nicolaus Fest, un eurodéputé allemand de l’Alternative für Deutschland [Alternative for Germany].

Fest travaille également sur le rapport de la commission des libertés civiles traitant des droits fondamentaux en 2021.

Le projet de loi s’insurge contre les mesures de Covid, l’avortement, la soi-disant politique identitaire, et dit que trop d’énergie est dépensée pour creuser les problèmes d’état de droit en Pologne et en Hongrie.


euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.