L'Europe

les grèves se poursuivent sur Nikopol, en face de la centrale nucléaire de Zaporijia


Les villes de Nikopol et Marhanets, situées à seulement une dizaine de kilomètres de la centrale de Zaporijjia, ont été visées par des obus russes samedi après-midi et soir, selon le maire de Nikopol. L’inquiétude grandit dans la région, alors que le site de la centrale nucléaire a de nouveau été touché samedi. La Russie et l’Ukraine continuent de se rejeter la responsabilité de ces attentats. Suivez en direct les derniers développements de la journée.

  • 7h25 : face à la centrale de Zaporijjia, la ville de Nikopol touchée par des obus

Sur la rive opposée à la centrale électrique de Zaporijia, les villes de Nikopol et Marhanets ont été visées par des obus russes samedi après-midi et dans la soirée, a déclaré le maire de Nikopol Yevhen Yevtushenko sur Telegram.

Ces deux villes, toujours aux mains des Ukrainiens, sont chacune situées à 10 kilomètres de l’usine, de l’autre côté du Dniepr. Samedi, le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konashenkov, a déclaré que les forces ukrainiennes avaient tiré sur la centrale nucléaire depuis cette même ville de Marhanets. Au cours de la journée écoulée, 17 obus ukrainiens ont touché l’usine, dont quatre ont touché le toit d’un bâtiment qui stocke du combustible nucléaire, a-t-il déclaré.

Ukrainiens et Russes s’accusent mutuellement des frappes sur la centrale de Zaporijjia, dont le site a été visé par de nouveaux bombardements vendredi et samedi.

Avec l’AFP

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

William Dupuy

Independent political analyst working in this field for 14 years, I analyze political events from a different angle.
Bouton retour en haut de la page