Skip to content
Les excuses du pape François « ne sont que le début » de la réconciliation |  Le pape François au Canada


Aujourd’hui j’ai écouté, j’ai entendu et le pape nous a répondu, témoigne avec émotion la rescapée Angie Crerar. Les excuses prononcées ce matin par le souverain pontife en sol canadien étaient très attendues par l’Albertain de 86 ans.

L’aînée se souvient de ses nombreuses discussions avec les autres enfants du pensionnat indien St. Joseph, aussi appelé Fort Resolution, dans les Territoires du Nord-Ouest, au sujet de la possibilité que la papesse vienne dans leur établissement quand elle était petite.

Je suis heureux et très reconnaissant et je remercie Dieu d’avoir eu l’occasion de voir notre pape, Elle ajoute. Une chance qu’elle ne peut pas partager avec ses proches aujourd’hui décédés.

 » Maintenant, mes amis, mes amours, vous pouvez reposer en paix. »

Une citation de Angie Crerar, survivante des pensionnats indiens

Tout le monde ne ressent pas la même chose, dit le chef de la nation sioux Alexis Nakota, Tony Alexis. Cela a réveillé des traumatismes et des blessures rouvertes dès que [le pape François] s’est excuséil explique.

Il y avait un sentiment d’espoir parmi nos survivants que ces excuses les guériraient immédiatement. Mais cela ne peut pas arriveril ajouta.

Le pape François a indiqué que cette visite en terre canadienne sera « un pèlerinage de pénitence ».

Photo : Reuters / GUGLIELMO MANGIAPANE

Il a remercié le souverain pontife d’avoir effectué ce déplacement dans la communauté de Maskwacis, à une heure au sud d’Edmonton, qui abritait jusque dans les années 1970 l’un des plus grands pensionnats pour Autochtones de l’histoire du Canada.

 » Il est important de reconnaître que la douleur qui y a été causée a été excusée au même endroit. »

Une citation de Tony Alexis, chef de la nation Alexis Nakota Sioux

Néanmoins, un long processus vers la guérison doit être entamé par toutes les parties, principalement l’Église et le gouvernement canadien, selon lui.

Vous ne pouvez pas simplement dire « je suis désolé » et partir. Il doit y avoir des efforts, du travail et des actions plus concrètes pour qu’elles aient un sensil a insisté.

La présidente de la Métis Nation of Alberta, Audrey Poitras, partage ce sentiment. Ce n’est que le débutfait-elle remarquer.

Elle se dit reconnaissante des excuses du pape concernant le rôle de l’Église catholique et des pensionnats pour les Autochtones. Cependant, souffrance et douleur sont plus grands que les mots prononcés avec la sincérité du pape, dit-elle.

Notre peuple a besoin de ressources et d’opportunités pour guérirconclut-elle.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.