Skip to content
Les eurodéputés approuvent massivement la prolongation d’un an du « certificat covid numérique européen » — RT en français

Les eurodéputés ont voté la prolongation du pass vaccin européen jusqu’en juin 2023, faute de quoi le dispositif expirerait fin juin. A ce stade, l’obligation de présenter un laissez-passer devrait être laissée à la discrétion des États.

Dix jours après un accord provisoire trouvé entre le Parlement européen et le Conseil de l’UE pour prolonger d’un an le laissez-passer européen de vaccination (introduit à l’été 2021 sous le nom de « EU digital covid certificate »), les eurodéputés ont été invités à voter sur la question le 23 juin.

A cette occasion, les législateurs européens ont massivement approuvé la prolongation jusqu’au 30 juin 2023 du dispositif, faute de quoi il expirerait fin juin, précise l’AFP. Comme le rapporte le quotidien belge Le soirtous les citoyens des pays membres pourront ainsi continuer à prouver leur état de santé au sein de l’UE ainsi que dans 40 autres pays, « sans avoir à obtenir des documents ‘nationaux’ ».

Sur les réseaux sociaux, l’eurodéputée écologiste Michèle Rivasi a partagé une photo montrant le résultat du vote, selon lequel 453 parlementaires ont approuvé cette prolongation tandis que 119 s’y sont opposés.

« Les votes s’effectuent à un rythme très soutenu qui peut parfois provoquer des erreurs », se défend Manon Aubry

Si la question de la mise en place d’un passeport vaccin à l’échelle européenne s’est révélée explosive face aux différents mouvements de contestation observés à ce sujet, le récent vote sur sa prolongation s’est apparemment déroulé dans la précipitation, comme en témoignent les propos de les eurodéputées insoumises Manon Aubry et Leïla Chaibi.

« Loin d’avoir prouvé son efficacité, je vote bien sûr contre ce dispositif en cohérence avec mes précédents votes (j’ai fait une erreur technique au moment du vote, corrigé ensuite) », a témoigné le premier sur Twitter.

« Suite à une erreur lors d’un vote aujourd’hui au Parlement, j’ai immédiatement corrigé mon vote pour affirmer mon opposition à l’extension du pass covid européen […]. Au Parlement européen, les votes se déroulent à un rythme très rapide qui peut parfois conduire à des erreurs. D’où la possibilité technique de pouvoir ensuite corriger son vote. Cette erreur de vote n’a pas préjugé du résultat du scrutin », a expliqué le second.

Pour rappel, l’attestation covid numérique UE est délivrée aux personnes pouvant attester d’un calendrier vaccinal complet, d’un test récent négatif (PCR valable 72h, 24h pour les antigènes) ou d’une guérison (de moins de 6 mois).

« Cela ne veut pas dire que le laissez-passer sera à nouveau demandé le 1er juillet 2022. Il sera laissé à l’appréciation des États. […]. Les certificats doivent contenir le nombre de doses administrées au titulaire dans tout État membre [et] pourront également être délivrés aux personnes en cours d’essais cliniques de vaccins contre le covid », soulignait récemment à propos de ce vote la banque des territoires, une direction de la Caisse des dépôts et consignations créée en 2018.

Le 14 juin, le commissaire européen à la Justice, Didier Reynders, s’est félicité de l’accord provisoire trouvé entre le Parlement européen et le Conseil de l’UE, assurant que le certificat numérique Covid avait été « un instrument essentiel pour aider [les Européens] pour faire face à l’évolution de la situation », même si, comme l’avait alors souligné la banque des territoires, aucune étude d’impact à ce sujet n’a été réalisée, comme le prévoyait la réglementation initiale.



Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.