Skip to content
Les éleveurs de volaille de l’Alberta sont les plus durement touchés par la grippe aviaire


L’agence estime le nombre d’oiseaux touchés par la grippe aviaire à 1 075 000 H5N1 hautement pathogène (IAHP) dans la province, soit 3 000 de plus que les données rendues publiques la semaine dernière.

Vendredi, l’Alberta comptait 19 éclosions actives. Les derniers foyers signalés remontent à mardi dans des fermes du comté de pays des étoiles et l’arrondissement municipal de Willow Creek.

Des éclosions ont été déclarées dans 37 fermes depuis le premier cas confirmé le 6 avril, dans le comté de Mountain View, en Alberta.

Porteurs naturels du virus de l’influenza aviaire, les oiseaux migrateurs seraient responsables d’une série d’épidémies de cette maladie qui est aujourd’hui responsable de la mort de plus de 2,3 millions de volailles au Canada et d’une série d’épidémies dans le monde entier.

En s’envolant vers le sud à l’automne, ces oiseaux migrateurs propagent le virus lors de leurs déplacements. Le virus peut se propager sur les vêtements, le matériel et même la paille utilisée comme litière dans les poulaillers.

Nous sommes tous un peu nerveux à propos de cette migration automnale a déclaré Jeff Notenbomer, propriétaire de Volaille Willow Creekun élevage de poulets de chair à proximité Lethbridgesitué à une vingtaine de kilomètres du foyer infectieux de ruisseau de saule.

Les oiseaux migrateurs, y compris les oies, sont porteurs du virus de la grippe aviaire et peuvent transmettre l’infection aux oiseaux domestiques.

Photo : iStock / @arlutz73

Le retour des oies sauvages a ravivé les inquiétudes concernant la propagation du virus, a-t-il déclaré.

Même si l’on espère que les agriculteurs sont mieux préparés pour prévenir l’infection, les agriculteurs se demandent où et quand la prochaine épidémie se produira, s’exclame Jeff Notenbomer, qui est également président de Producteurs d’œufs d’incubation de l’Albertal’organisme qui réglemente la production d’œufs d’incubation dans la province.

La grippe aviaire a été détectée pour la première fois au Canada en 2004, mais la souche de cette année est différente selon l’Agence canadienne d’inspection des aliments.

Une nouvelle souche

Margo Pybusspécialiste des maladies de la faune à Poissons et faune de l’Albertaestime qu’il est important que les agriculteurs maintiennent des protocoles de biosécurité stricts dans les semaines à venir.

La nouvelle souche est hautement transmissible et semble persister chez les oiseaux sauvages.

Au printemps, nous avons eu de la chance, car nous pouvions voir ce qui se passait à l’extrémité sud de la route de migrationelle a expliqué.

Les oiseaux volant vers le nord au-dessus des États-Unis ont fourni aux responsables de la conservation des indices importants sur la transmission et la gravité de la nouvelle souche, avant que ce risque ne franchisse les frontières de l’Alberta.précis Margo Pybus.

Les éleveurs de volaille de l’Alberta sont les plus durement touchés par la grippe aviaire

Des cas ont été détectés dans un total de 37 fermes depuis la confirmation du premier cas en Alberta, dans le comté de Mountain View, le 6 avril.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Pour la migration d’automne, nous sommes les premiers groupes à voir l’un des oiseaux migrateurs de l’Arctique. Alors on ne sait vraiment pas ce qui va se passer, s’inquiète-t-elle, mais on espère que le virus a muté et se révèle moins virulent et moins mortel.elle a ajouté.

 » Comme le COVID-19, le virus peut devenir moins grave à mesure qu’il se propage. »

Une citation de Margo Pybus, spécialiste des maladies de la faune à Alberta Fish and Wildlife

Aucun cas sauvage n’a été détecté depuis la fin juillet, mais la province continuera d’enquêter sur les décès d’oiseaux pour identifier toute mutation.

La grippe aviaire est une maladie à déclaration obligatoire au Canada. Les inspecteurs fédéraux réagissent aux épidémies en établissant des zones de quarantaine et en ordonnant la destruction de tous les oiseaux sur place.

Les autorités sanitaires affirment que si la grippe aviaire peut parfois causer des maladies chez l’homme, elle est rare et on pense qu’elle est le résultat d’un contact étroit avec des oiseaux infectés ou des environnements fortement contaminés, et non de la consommation de viande infectée d’un animal infecté.

Avec des informations de Wallis Snowdon

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.