Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles

les deux principaux accusés condamnés à vingt-quatre et vingt-huit ans de réclusion criminelle


Les deux principaux accusés d’un projet d’attentat déjoué à Marseille lors de la campagne présidentielle de 2017, Clément Baur et Mahiedine Merabet, ont été condamnés respectivement à vingt-quatre et vingt-huit ans de réclusion criminelle, pour « association de malfaiteurs terroriste », dans la nuit du Samedi 2 décembre au dimanche 3 décembre, par la cour d’assises spéciale de Paris. Le procureur général avait requis la peine maximale prévue par la loi, soit trente ans de prison.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Baur et Merabet, un duo jugé pour un attentat déjoué à la veille de la présidentielle de 2017

Ce procès, qui a débuté en janvier, a été interrompu après deux semaines d’audience en raison de l’absence d’un juge-assesseur tombé malade et qui n’a pu être remplacé faute d’effectif suffisant parmi les magistrats. Après ce faux départ aux allures de fiasco judiciaire, les débats ont dû reprendre depuis le début, le 30 octobre, obligeant les accusés, témoins et enquêteurs à revenir à la barre pour être de nouveau interrogés.

Clément Baur, 30 ans, et Mahiedine Merabet, 36 ans, ont été arrêtés le 18 avril 2017 par le RAID – l’unité d’intervention de la police nationale – dans un appartement de Marseille, cinq jours avant le premier tour de l’élection présidentielle. Les deux hommes avaient eux-mêmes scellé leur sort quelques jours plus tôt en envoyant une vidéo de revendications à un contact de la messagerie Telegram, qui s’était révélé être un agent cyberinfiltré de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Pistolets, cagoules, explosifs

La vidéo montrait des munitions disposées de manière à écrire  » Loi du Talion « à côté d’une mitrailleuse Uzi, d’un drapeau de l’organisation État islamique (EI) et de la Une du Monde du 16 mars 2017 consacré au candidat de droite à la présidentielle, François Fillon. A la lecture du journal, les enquêteurs craignent une atteinte à la campagne électorale et se lancent dans une course contre la montre pour localiser leur cachette.

Dans l’appartement, ils ont trouvé l’Uzi de la vidéo, des pistolets, une caméra GoPro, une cagoule, une perruque, un gilet tactique, des boulons et 3,5 kg de TATP, un explosif artisanal. Ils avaient également découvert que les deux hommes avaient multiplié leurs recherches de cibles, lors d’un meeting de la candidate du Rassemblement national, Marine Le Pen, prévu le 19 avril 2017 à Marseille, sur les clubs. « gays » Ou « libertins »sur un “Bar américain” ou même un « restaurant casher ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Au procès de l’attentat déjoué avant la présidentielle de 2017, le mystérieux M. Baur et l’étrange M. Merabet

« La ville phénicienne a failli subir une tuerie de masse.avait estimé, mercredi 29 novembre, le parquet national antiterroriste, qui a requis trente ans de réclusion criminelle. Ils fabriqueront du TATP dans des quantités jamais atteintes dans une affaire terroriste française. Aujourd’hui, on ne peut pas déterminer la cible exacte, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’attentat planifié : la cible est indifférente, parce qu’elle l’est pour le moment pour le terroriste. qu’il parvient à semer la peur et la terreur. »

Il vous reste 45% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

gn headline

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page