Skip to content
Les avocats votent pour retirer leurs services d’aide juridique

La Calgary Criminal Defence Lawyers Association (CDLA), l’Edmonton Criminal Lawyers Association (CTLA) et la Southern Alberta Criminal Defence Lawyers Association (SADLA) ont tenu un vote sur le sujet mercredi. Au moins une centaine de membres étaient présents, selon le président de CDLAIan Savage, qui n’a cependant pas détaillé les résultats du vote.

Du 8 au 19 août, ces avocats refuseront toutes les affaires impliquant une caution, un avocat au tribunal, un avocat du demandeur et le contre-interrogatoire d’un demandeur.

Si les barreaux ne parviennent pas à un accord de financement satisfaisant avec le gouvernement, ils poursuivront ces retraits de service pendant deux semaines en septembre.

C’est un sacrifice à court terme d’un système juridique en ruine dans l’espoir d’attirer l’attention du gouvernement sur le sort des avocats de la défense.a expliqué M. Savage.

Les avocats de la défense réclament une augmentation des frais d’aide juridique, qui, selon eux, sont inférieurs à ceux des autres provinces.

Plus tôt cette semaine, l’attaché de presse du secrétaire à la Justice, Joseph Dow, a indiqué que le gouvernement était ouvert à une discussion budgétaire, mais seulement en 2023.

Au nom de tous les Albertains, les avocats de la défense refusent d’attendreont écrit les trois associations dans un communiqué.

Ils ont aussi indiqué qu’ils se retiraient du comité mis sur pied pour moderniser la tarification du programme d’aide juridique. Ce travail est un gaspillage de l’argent des contribuables derrière une façade de consultationpeut-on lire.

Le ministre de la Justice, Tyler Shandro, doit rencontrer les trois associations lundi.

Avec des informations de Mrinali Anchan

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.