Skip to content
L’enquête sur la mort d’un enfant mort de faim ajournée

En mai 2013, Alexandru Radita, 15 ans, est mort de faim alors qu’il ne pesait que 16,7 kg. Sa mort a été causée par une infection bactérienne provoquée par des complications d’un diabète non traité et d’une malnutrition sévère.

Ses parents ont été reconnus coupables en 2017 de meurtre au premier degré.

Ils avaient refusé d’accepter que leur garçon souffrait de diabète après avoir été diagnostiqué avec la maladie en 2000 en Colombie-Britannique.

Jeudi, la juge de la Cour provinciale Sharon Van de Veen a déclaré vouloir entendre des témoins de la Colombie-Britannique. Elle veut mieux comprendre les circonstances de la mort de l’adolescent et déterminer ce qui peut être fait pour prévenir des décès similaires à l’avenir.

L’enquête devait se terminer vendredi.

J’ai besoin que vous envisagiez la possibilité que nous convoquions des témoins de la Colombie-Britannique et que nous déterminions quelles seraient les implications?a déclaré Sharon Van de Veen à l’avocat chargé de l’enquête.

Je sais que nous devons ajourner l’enquête pour cela, mais une des choses qui est évidente, c’est qu’une meilleure connexion entre les deux provinces aurait pu faire une grande différencedit-elle.

Alexandru Radita a été hospitalisé deux fois alors qu’il souffrait de malnutrition sévère en Colombie-Britannique. Il avait été placé en famille d’accueil avant d’être rendu à ses parents. Les services de protection de l’enfance de cette province ont perdu la trace de la famille lorsque les Raditas ont déménagé en Alberta en 2008.

Le juge Van de Veen a déclaré qu’il était important d’obtenir tous les détails pour avoir une image complète du fonctionnement du système.

 » Il me semble évident que la collaboration entre les provinces devrait au moins être explorée dans cette enquête et que cela pourrait faire partie des recommandations. »

Une citation de Juge Sharon Van de Veen

Un responsable des services à l’enfance de l’Alberta a déclaré qu’il existe une entente interprovinciale dans laquelle les responsables sont alertés si un enfant pris en charge dans une autre province déménage.

Cependant, la directrice adjointe de la protection de l’enfance de l’Alberta, Belinda St-Amand, a déclaré jeudi à la cour que parce que le dossier d’Alexandru Radita avait été fermé en Colombie-Britannique, l’Alberta n’avait pas été avisée.

Nous n’avons jamais été informés ni reçus d’appel téléphonique de qui que ce soit concernant cet enfant ou cette famille. Aucun appel n’a été effectué en Albertadit Belinda St-Amand.

Si l’Alberta avait été appelée, cet enfant aurait été vuelle a ajouté.

Vendredi, le juge a entendu des experts du système de santé et des pharmacies. Le juge a suggéré la création d’un système d’alerte si un enfant cesse d’aller à l’école, si sa consommation d’insuline semble erratique et l’établissement d’ententes interprovinciales pour pouvoir assurer et vérifier le bien-être des enfants à risque.

L’enquête a été ajournée vendredi jusqu’à ce que d’autres témoins puissent être appelés. La date de reprise des audiences n’a pas été déterminée.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.