Skip to content
Le salaire du patron de Dollarama, Neil Rossy, a bondi de 106 % au cours des trois dernières années


Le PDG de Dollarama, Neil Rossy, a vu son salaire avec avantages sociaux et primes bondir de 1 million de dollars l’an dernier pour atteindre 7,83 millions de dollars. En trois ans, sa rémunération a explosé de 106 %.

La chaîne montréalaise a récemment publié sa circulaire de sollicitation de procurations en prévision de son assemblée annuelle des actionnaires du 8 juin.

• Lisez aussi : Investissement Québec condamné à la médiocrité si les bonis sont abandonnés

Dans ce document, on peut voir que M. Rossy a reçu un salaire de base de 1,27 million de dollars l’an dernier et que ses attributions à base d’actions et d’options se sont élevées à 4,59 millions de dollars.

Le président et chef de la direction a également remporté une prime pour l’atteinte de ses objectifs de 1,95 million de dollars et la valeur de son régime de retraite était de 14 757 $. Au cours des trois derniers exercices, le salaire global de M. Rossy est passé de 3,8 millions de dollars à 7,83 millions de dollars.

Au cours des derniers mois, Dollarama dit avoir « retenu les services de Willis Towers Watson pour l’éduquer sur les tendances du marché en matière de rémunération des dirigeants et des administrateurs ».

« La politique de rémunération est conçue pour attirer et retenir des cadres supérieurs performants, pour les motiver et les récompenser pour leurs performances et leur contribution au succès à long terme de l’entreprise », écrit le distributeur dans sa circulaire.

Ensemble, les six plus hauts dirigeants de l’entreprise se partageaient une masse salariale de 16,46 millions de dollars. Le 1er mars 2021, Jean-Philippe Towner a succédé à Michael Ross en tant que directeur financier. M. Ross a occupé un poste de conseiller jusqu’en décembre.

Augmentation des ventes

Ces derniers mois, la pandémie n’a pas ralenti les ventes de la chaîne low-cost. Ils ont augmenté de 7,6 % en un an pour atteindre 4,33 milliards de dollars. Les bénéfices étaient également au rendez-vous avec une récolte de 663,2 millions de dollars. Il s’agit d’une augmentation de 17,5 % par rapport à l’année précédente.

Lors du dévoilement des derniers résultats financiers en mars, la direction s’est dite victime de pressions inflationnistes, notamment en ce qui concerne le coût du transport des marchandises.

C’est pourquoi, pour la première fois depuis 2015, le détaillant augmentera ses prix dans les prochaines semaines. Certains produits à 5 $ arriveront dans les rayons des magasins. Dollarama estime que cet ajustement lui permettra également d’offrir de nouveaux produits aux consommateurs.



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.