Nouvelles sportives

Le prodige belge Remco Evenepoel remporte le Tour d’Espagne

Le Belge Remco Evenepoel, 22 ans, a remporté la Vuelta dimanche et a ainsi rompu une longue période de disette pour la Belgique. C’est la première fois depuis 1978, avec la victoire de Johan de Muynck sur le Tour d’Italie, qu’un Belge remporte un Grand Tour.

« Le petit cannibale » marque son histoire et celle de la Belgique : Remco Evenepoel a remporté, dimanche 11 septembre, le Tour d’Espagne au terme de la 21e et dernière étape, réglée au sprint dans les rues de Madrid par le Colombien Juan Sebastian Molano (UAE).

A 22 ans, « le prodige de Schepdaal » est le premier Belge à conquérir un Grand Tour depuis Johan de Muynck sur le Tour d’Italie 1978, il y a 44 ans.

« Mon père m’a toujours dit qu’il avait fini dernier (113e sur 114 coureurs à l’arrivée de La Vuelta en 1993, NDLR). Je plaisantais et je lui ai dit que ce serait drôle si je terminais premier (…) Je vais en profiter le plus possible », a témoigné Remco Evenepoel dimanche.

En trois semaines de course, depuis le départ à Utrecht, aux Pays-Bas, le 19 août, l’espoir du cyclisme belge a changé de dimension, faisant preuve de maturité et d’une vraie force de caractère.

Remco Evenepoel a d’abord été étincelant lors de la première semaine, avec notamment un numéro dans la passe basque de Pico Jano qui lui a permis d’enfiler le maillot rouge dès la sixième étape au détriment du Français Rudy Molard.

Primoz Roglic stoppé net

En deuxième semaine, son succès probant dans le contre-la-montre individuel du 9e L’étape entre Elche et Alicante lui a donné une marge au classement général alors qu’il était sur le point de montrer les premiers signes de faiblesse. Car le chef du Quick-Step a d’abord perdu son lieutenant de luxe Julian Alaphilippe, victime d’une « luxation à l’épaule droite » après une chute le 11e étape, puis chute à son tour le lendemain dans une descente.

Dans la douleur et en manque de coéquipiers, il a ensuite concédé plus d’une minute à son principal rival, le Slovène Primoz Roglic (Jumbo), dans la chaîne montagneuse andalouse de la Sierra Nevada.

Mais l’abandon mardi dernier du triple tenant du titre sur la Vuelta, victime à nouveau de son audace sur un Grand Tour et d’une chute spectaculaire alors qu’il venait de faire sauter le peloton, a ouvert un boulevard à Remco Evenepoel.

Et sa victoire sur le 18e étape, au sommet du Piornal, met un point d’orgue à la domination de « Remco » au classement général, qui repart du même coup avec le maillot blanc de meilleur jeune.

« Tout le monde a annoncé que Remco serait le prochain vainqueur belge d’un Grand Tour. Il l’a prouvé. Nous sommes fiers de lui », a expliqué avec émotion le manager général de la formation belge, Patrick Lefevere.

De footballeur à cycliste

Cinq ans après avoir troqué ses crampons de foot contre un cuissard, Remco Evenepoel s’offre aussi une première victoire dans un Grand Tour au Quick-Step, plus taillé pour les classiques. Et il met la touche finale à une saison exceptionnelle après le championnat de Belgique de contre-la-montre, le Tour de l’Algarve, le Tour de Norvège, Liège-Bastogne-Liège et la San Sebastian Classic. « C’est la meilleure année que j’aurais pu espérer », a-t-il résumé.

Au final, Remco Evenepoel a terminé avec 2:02. devant Enric Mas (Movistar) et 4h57. sur l’espoir espagnol Juan Ayuso (EAU).

A 19 ans et 360 jours, ce dernier est devenu le plus jeune coureur sur le podium d’un Grand Tour depuis 1904, incarnant la renaissance du cyclisme espagnol le jour où Alejandro Valverde, 42 ans, a bouclé sa dernière étape sur la Vuelta, lui qui mettra fin à sa prolifique carrière en fin de saison.

La Vuelta a également couronné Mads Pedersen (Trek) et Richard Carapaz (Ineos). Le Danois, champion du monde 2019, deuxième de l’étape du jour derrière Juan Sebastian Molano (UAE), a dominé sans partage le classement maillot vert. Vainqueur de trois étapes sur cette édition 2022, il est le premier cycliste du royaume scandinave à remporter un maillot distinctif sur le circuit espagnol.

L’Equatorien s’est pour sa part consolé avec le maillot bleu à pois du meilleur grimpeur. Déchu de son rôle de leader d’Ineos après avoir concédé plus de vingt minutes sur Remco Evenepoel au bout d’une semaine, Richard Carapaz s’est reconverti en insatiable chasseur d’étapes en montagne, avec trois succès à la clé.

Avec l’AFP

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page