Skip to content
le président de la Fédération du Gabon inculpé

Le président de la Fédération gabonaise de football, Pierre Alain Mounguengui, a été mis en examen et placé sous mandat d’arrêt à Libreville, a annoncé jeudi son avocat. Pierre Alain Mounguengui est accusé de « non-dénonciation de crimes de pédophilie », dans le cadre d’une affaire d’abus sexuels sur mineurs visant l’ancien entraîneur Patrick Assoumou Eyi.

C’est un scandale qui secoue la communauté sportive au Gabon. Le président de la Fédération gabonaise de football (Fégafoot), Pierre Alain Mounguengui, a été mis en examen et placé sous mandat d’arrêt à Libreville pour « non-dénonciation de crimes de pédophilie » dans une affaire d’abus sexuels présumés sur des centaines d’enfants, a indiqué son avocat à l’AFP le Jeudi 5 mai.

Le scandale, révélé par le quotidien britannique The Guardian en décembre 2021, a éclaté lorsque Patrick Assoumou Eyi, sélectionneur de l’équipe nationale des moins de 17 ans jusqu’en 2017 et figure bien connue du football gabonais sous le surnom de « Capello », a été incarcéré après avoir été accusé de centaines de viols et d’agressions sexuelles sur enfants dont il a été responsable dans ses fonctions pendant plusieurs années.

Patrick Assoumou Eyi était, depuis 2017 et jusqu’à son arrestation, directeur technique de la ligue de football de l’Estuaire, la province de la capitale, Libreville.

Depuis son arrestation, deux entraîneurs du club, Orphée Mickala et Triphel Mabicka, ont également été mis en examen pour les mêmes chefs d’accusation et incarcérés. Les trois hommes risquent 30 ans de prison.

Le président de la Fédération « conteste » l’accusation

Pierre Alain Mounguengui, 64 ans, réélu fin avril à la présidence de la Fégafoot (Fédération gabonaise de football), « a été mis en examen pour non-dénonciation de crimes de pédophilie, ce qu’il conteste », a indiqué à l’AFP son avocat, Charles – Henri Gey. « Il a été placé sous mandat de dépôt et nous avons demandé sa liberté provisoire. »

« Pierre Alain Mounguengui est accusé d’avoir couvert les attentats présumés commis par ‘Capello' », assurait à l’AFP fin avril Romain Molina, journaliste français qui avait écrit l’enquête dans The Guardian.

>> À lire aussi : La pédophilie dans le football gabonais, « un secret de polichinelle »

« Nous délirons, il n’y a actuellement aucune victime identifiée », a déclaré M.et Charles-Henri Gey, ajoutant : « Cette affaire n’est qu’un prétexte pour que Pierre Alain Mounguengui ne soit plus président de la Fégafoot. »

La Fifa a ouvert mardi une enquête disciplinaire visant les trois entraîneurs accusés d’actes de pédophilie ainsi que Pierre-Alain Mounguengui.

Une affaire « très grave et inacceptable », dénonce le président gabonais

Le ministre gabonais des Sports, Franck Nguema, a déclaré en décembre que Patrick Assoumou Eyi « aurait abusé de centaines de jeunes garçons dans l’exercice de ses fonctions ».

Le scandale a ensuite éclaboussé le taekwondo gabonais : Martin Avera, entraîneur connu sous le surnom de « Maître Chaka », a été mis en examen à Libreville pour pédophilie et abus sexuels, et incarcéré en janvier.

Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, avait évoqué une affaire « très grave et inacceptable » après l’interrogatoire de « Capello » et ordonné au gouvernement de demander à la justice d’ouvrir une enquête dans le football mais aussi dans toutes les fédérations sportives nationales, pour « éradiquer prédateurs sexuels potentiels ».

Avec l’AFP

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.