Skip to content
Le pow-wow de Tsuut’ina fête ses 62 ans lors de la visite du pape François


Le chef de la nation Tsuut’ina, Roy Whitney, a déclaré que le pow-wow de cette année, qui rassemble les Premières Nations de toute l’Amérique du Nord, est non seulement important pour maintenir les traditions autochtones en vie, mais aussi pour rassembler la communauté après que la pandémie a causé un grand isolement.

Nous avions l’habitude d’avoir des événements communautaires, des rencontres et des repas et de nous asseoir les uns avec les autresil a dit.

 » C’est ce qui nous manquait. Nous avons fait un assez bon travail pour protéger la nation pendant la pandémie de COVID-19. Il est donc important maintenant de célébrer et de se réunir. »

Une citation de Roy Whitney, chef de la nation Tsuut’ina

Le chef de la nation Tsuut’ina, Roy Whitney, a déclaré que le pow-wow de cette année est important pour rassembler à nouveau les gens après l’isolement provoqué par la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Jo Horwood

 » Il apporte une énergie positive aux gens à travers la danse. »

Une citation de Roy Whitney, chef de la nation Tsuut’ina.

Cette année marque le 62e anniversaire du Tsuut’ina Pow Wow. Selon Roy Whitney, l’événement a été lancé par l’ancien chef des Premières nations Jim Starlight et d’autres aînés de la communauté.

Pour la coordonnatrice du pow-wow Kristen Meguinis, le retour de ce rassemblement est un motif de joie et de célébration pour les peuples des Premières Nations : C’est bon de le voir [le pow-wow] revenez parce que nous sommes tous très axés sur la famille.

Le pow-wow de Tsuut’ina fête ses 62 ans lors de la visite du pape François

Le pow-wow Tsuut’ina rassemble plusieurs nations du territoire du Traité 7 et au-delà.

Photo : Radio-Canada / Jo Horwood

Mme Meguinis a déclaré que le pow-wow rassemble des nations de tout le territoire du Traité 7, y compris les nations Piikani, Siksika et Kainai. Même des familles des États-Unis assistent à l’événement.

 » Nous avons des gens du sud, de l’autre côté de la frontière avec les États-Unis. Nous avons également des représentants des Premières Nations du Nord, de l’Est et de l’Ouest. Il ya beaucoup de personnes. C’est une belle chose à voir. »

Une citation de Kristen Meguinis, coordonnatrice du pow-wow Tsuut’ina.

Bien que réunir plusieurs nations soit une partie essentielle du pow-wow, Kristen Meguinis explique que l’un des aspects les plus importants de l’événement est tout simplement de s’amuser. C’est à ça que servent les fêtes : faire passer un bon momentelle explique.

Réconciliation et visite du pape à Edmonton

Le chef de la nation Tsuut’ina, Roy Whitney, a également parlé de la rencontre entre les peuples autochtones et le pape François lors de sa visite à Edmonton.

Pour nos gens qui ont vécu l’expérience des pensionnats, je pense que c’est un pas dans la bonne direction. il dit. Il faut vaincre la colère et laisser germer les choses positives.

Le chef Roy Whitney ajoute que la réconciliation a besoin de temps en raison de l’impact des pensionnats sur les communautés autochtones qui ont empêché la transmission de la langue et des connaissances.

Il doit y avoir une résolution pour notre peuple. Cela n’arrivera pas avec de simples excusesfait-il remarquer.

Le pow-wow de Tsuut’ina fête ses 62 ans lors de la visite du pape François

Le pow-wow Tsuut’ina comprend une variété d’événements, dont un rodéo.

Photo : Radio-Canada / Jo Horwood

Le pow-wow Tsuut’ina qui s’est développé au fil des ans reflète des décennies d’héritage autochtone. En plus des danses traditionnelles, il comprend d’autres activités comme le rodéo.

Le pow-wow se termine en fin de journée le dimanche.

Avec des informations de Jo Horwood.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.