Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Le Pas-de-Calais revient en vigilance orange, baisse attendue en Haute-Savoie


Placé en alerte rouge mardi en fin d’après-midi, le Pas-de-Calais est revenu en alerte orange mercredi 15 novembre au matin pour risque d’inondation. comme le souligne Météo-France dans son bulletin de 6 heures du matin. Dans ce département connu pour ses vastes étendues de marais et qui vit depuis plus de dix jours les yeux rivés sur ses cours d’eau, les précipitations « très intense » mardi après-midi « a entraîné une reprise très rapide de la hausse des niveaux » de la Liane et de l’Ourlet.

Les pluies avaient fait craindre «des crues similaires, voire supérieures» à ceux de la semaine dernière, avait prévenu Vigicrues, avant qu’une accalmie ne survienne. Après des pluies torrentielles, de nouvelles évacuations ont eu lieu dans les communes proches de Saint-Omer et de Boulogne-sur-Mer. Dans le Boulonnais, les rues des quartiers bas de Saint-Etienne-au-Mont et d’Isques ont de nouveau été inondées par le débordement de la Liane. Une coulée de boue a également détruit le mur d’une maison à Saint-Etienne-au-Mont.

Lire l’analyse : Article réservé à nos abonnés Inondations dans le Pas-de-Calais : dans les zones les plus touchées, « l’économie ne tourne plus et les gens s’effondrent, ils sont à bout de nerfs »

De son côté, la Haute-Savoie, qui restait en alerte rouge face au risque d’inondation tôt mercredi matin, est revenue en vigilance orange en milieu de matinée, selon le dernier bulletin de Météo-France. Outre le Pas-de-Calais et la Haute-Savoie, six autres départements restent placés en vigilance orange face au risque d’inondations : la Savoie, l’Isère, la Drôme, la Vendée, la Charente-Maritime et le Nord.

Les écoles devraient rouvrir progressivement

Dans le Pas-de-Calais, signe d’un relatif optimisme, les écoles des zones touchées devraient rouvrir progressivement à partir de mercredi, après les deux jours de fermeture ordonnés par la préfecture.

De nombreuses opérations de pompage sont réalisées dans le département. Pour la sécurité civile, qui a déployé mardi des pompes lumineuses pour venir en aide aux personnes en situation d’inondation, cela implique « la plus grande opération de pompage » qu’il n’a jamais été mis en place, a souligné la préfecture. Cinq pompes de grande capacité sont également en action.

La reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour plusieurs communes a été publiée mercredi dans le Journal officiel. Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé mardi cette reconnaissance pour 244 communes, soit 214 dans le Pas-de-Calais et « une trentaine dans le Nord ».

Lire aussi : Inondations dans le Pas-de-Calais : ce que montrent les images satellite de l’ampleur du désastre

En déplacement dans le Pas-de-Calais, le chef de l’Etat a également annoncé la sortie d’un « fonds de soutien » de 50 millions d’euros pour les communautés affectées. « Ce ne sera pas suffisant »a estimé mercredi sur France Bleu Nord le président socialiste du département, Jean-Claude Leroy, précisant que le département avait de son côté « prévu 10 millions » mais ça, « Encore une fois, cela ne suffira pas. »

M. Macron a également confié au maire de Saint-Omer une mission pour améliorer les systèmes de drainage des voies navigables vers la mer, en s’inspirant notamment des pratiques néerlandaises. Alors que le président promettait une grande réactivité de la part des assureurs, la région Hauts-de-France et les départements du Pas-de-Calais et du Nord ont annoncé qu’ils prendraient en charge la franchise d’assurance de 380 euros pour les riverains concernés. .

Les inondations qui ont touché le Pas-de-Calais ces dix derniers jours sont exceptionnelles par leur durée et leur intensité et s’inscrivent dans un contexte de pluviométrie extraordinaire sur le pays. Le département a successivement subi la tempête Ciaran le 2 novembre, des inondations records le 7 novembre et des précipitations intenses les 9 et 10 novembre. Depuis le 6 novembre, environ 1 400 personnes ont été évacuées.

En Haute-Savoie, 130 interventions des pompiers dans la nuit

Dans les Alpes, les pompiers de Haute-Savoie ont réalisé 130 interventions et soigné 110 personnes dans la nuit de mardi à mercredi, mais aucune victime n’a été signalée, selon la préfecture.

Bulletin

 » Chaleur humaine « 

Comment faire face au défi climatique ? Chaque semaine, nos meilleurs articles sur le sujet

Registre

L’Arve, rivière qui traverse le département, est en « Crue centennale, donc très violente, très brutale mais avec une évacuation assez rapide », a déclaré mercredi matin le préfet de Haute-Savoie, Yves Le Breton, sur France Bleu Pays de Savoie. Le secteur aval de l’Arve est particulièrement concerné, notamment les communes de Gaillard, Annemasse et Etrembières. Mais mercredi « devrait être plus calme que le précédent »» a-t-il poursuivi, disant qu’il s’attendait à un déclin.

Les villages de montagne d’Argentières, Vallorcine et Reposoir sont isolés en raison de routes coupées par des coulées de boue ou des éboulements, a indiqué la préfecture. « Nous n’avons pas encore de dégâts humains, pas de maisons inondées comme dans le Pas-de-Calais »a expliqué le maire de Sallanches à l’Agence France-Presse, ajoutant : « L’eau a débordé mais en plaine, par endroits peu impactants, peut-être quelques dégâts électriques sur la station d’épuration ». Les sous-sols de l’hôpital municipal ont été inondés, mais des pompes ont été installées et aucun patient n’a dû être évacué.

Lire l’analyse : Article réservé à nos abonnés Inondations dans le Pas-de-Calais : dans les zones les plus touchées, « l’économie ne tourne plus et les gens s’effondrent, ils sont à bout de nerfs »

L’ensemble des Alpes françaises restent en vigilance orange. En Savoie, la gare Notre-Dame-de-Briançon est complètement inondée et le trafic est interrompu entre Albertville et Bourg-Saint-Maurice, selon la SNCF. La circulation ne devrait pas reprendre aujourd’hui.

A Grenoble, la route des berges de l’Isère est immergée et fermée. Le niveau de la rivière a fortement augmenté, atteignant 3,31 mètres à 8 heures du matin à la gare de Grenoble Bastille, soit plus que la crue du 22 mars 2001, mais encore loin de celle du 2 novembre 1859 (5,23 mètres), selon Vigicrues. La montée des eaux devrait atteindre son maximum mercredi midi, à 3,80 mètres.

Le Monde avec l’AFP

gn france

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page