Skip to content
Le Parti libéral veut miser sur la décentralisation en santé |  Élections Québec 2022


Le PLQ souhaite avant tout aborder la question du triage. Jean-Maurice Matte, candidat dans la circonscription d’Abitibi-Est, dit vouloir permettre aux hôpitaux de la région de répartir les patients moins urgents dans les établissements faubourgs avec un service de navette.

 » Nous avons la chance d’être bien déployés sur tout le territoire, profitons-en pour améliorer l’efficacité du tri. Cela nécessite une gestion locale ; gestion par établissement, ou par MRC. »

Une citation de Jean-Maurice Matte

En ce moment, nous transportons des échantillons de sang entre les hôpitaux, nous devrions pouvoir transporter certains patients. Les cas moins urgents bénéficieraient d’un meilleur triage vers les établissements où les médecins offrent des services sur rendez-vousil dit.

Rappelons que selon une étude de l’Institut de recherche et d’information socioéconomiques (IRIS), 72,8 % des visites à l’urgence en Abitibi-Témiscamingue présentent un faible degré d’urgence (priorités 4 et 5), comparativement à 53 % pour l’ensemble du Québec.

Jean-Maurice Matte (archives)

Photo : Radio-Canada / Alex Perreault

Selon M. Matte, la mesure proposée rendrait également la région plus attrayante pour les professionnels de la santé et les nouveaux arrivants.

Lorsque nous aurons démontré notre efficacité, il sera encore plus tentant pour les médecins, les infirmières ou la population en général de venir ou de séjourner en région.il croit.

Engagements plus concretdit Guy Bourgeois

Les candidats libéraux veulent également réduire les investissements dans la main-d’œuvre indépendante de la santé ; trop cher, disent-ils.

Guy Bourgeois, candidat dans la circonscription d’Abitibi-Ouest, considère que ce montant pourrait plutôt être utilisé pour améliorer les conditions de travail des travailleurs du secteur public.

 » Nous rencontrons des agences qui, malheureusement, se retrouvent avec des périodes plus intéressantes, et à un coût très élevé. Cet argent devrait être investi pour améliorer les conditions des travailleurs permanents de la région. »

Une citation de Guy Bourgeois

Selon les trois candidats libéraux, l’Abitibi-Témiscamingue devrait bénéficier d’un statut spécial, tant en termes de santé que de développement économique. Cela permettrait une meilleure application des mesures proposées par le parti, estiment les trois hommes.

Le Parti libéral veut miser sur la décentralisation en santé |  Élections Québec 2022

Arnaud Warolin

Photo : Radio-Canada / Alex Perreault

Ce que nous souhaitons, c’est qu’il y ait des managers sur le terrain et qu’ils sachent lire la situation, s’adapter au contexte, mieux gérer leur personnel et surtout le fidéliser. En ce moment, nous avons des équipes qui sont livrées à elles-mêmes. Nous avons besoin d’une gestion plus humaine et mieux adaptéeexplique Arnaud Warolin, candidat dans Rouyn-Noranda–Témiscamingue.

S’il est porté au pouvoir le 3 octobre prochain, le PLQ s’engage aussi à abolir graduellement les horaires de quarts des ambulanciers, au profit de horaires à l’heure.

Les libéraux veulent aussi ajouter 4 000 lits dans les hôpitaux de l’Abitibi-Témiscamingue. Pour y parvenir, le parti s’appuierait sur l’attractivité des métiers de la santé, notamment en adoptant une loi sur les ratios personnels-patients.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.