Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles

le monde arabe indigné par les frappes israéliennes contre un camp de réfugiés à Jabalia – Libération


La guerre entre le Hamas et Israëlcas

Au moins 50 personnes, selon les autorités palestiniennes, ont été tuées mardi 31 octobre lors d’un bombardement contre le camp de réfugiés au nord de la bande de Gaza, qui a été de nouveau attaqué mercredi 1er novembre.

En Cisjordanie, ce mercredi 1er novembre était un jour de « colère » et de grève générale, décrétée par le Fatah, à la tête de l’Autorité palestinienne dans le territoire occupé. Dans la ville touristique de Naplouse, les magasins, les écoles et les transports publics sont restés fermés, en signe de solidarité avec les victimes des bombardements israéliens dans la bande de Gaza. La veille, Tsahal, l’armée israélienne, avait ciblé le plus grand camp de réfugiés de l’enclave palestinienne, situé à Jabalia, au nord du territoire administré par le Hamas. Le site surpeuplé abrite 116 000 personnes enregistrées auprès des Nations Unies sur une vaste zone de seulement 1,4 kilomètres carrés, ainsi que 26 écoles et 2 centres de santé – ce qui augmente le risque qu’une frappe aérienne coûte la vie à des civils.

Mercredi, alors que des dizaines de blessés ont finalement été évacués par le point de passage de Rafah pour être hospitalisés en Egypte, quelques kilomètres plus au sud, le camp de réfugiés a de nouveau été bombardé, provoquant d’énormes dégâts. Sur une vidéo tournée par la chaîne qatarie Al-Jazeera, on pouvait voir des habitants hébétés à la recherche de leurs proches parmi les débris s’entassant dans le cratère créé par une frappe. Le Hamas a déploré la mort de «des familles entières« , c’est-à-dire de « des dizaines de personnes», dans cette nouvelle attaque.

« Les combats sont entrés dans une phase encore plus terrifiante »

Selon le ministère palestinien de la Santé, contrôlé par le Hamas, le bilan des frappes de mardi s’élève déjà à plus de 50 morts et au moins 150 blessés. Parmi les morts figuraient, selon l’organisation islamiste, sept des otages capturés par le Hamas lors des massacres perpétrés en Israël le 7 octobre, dont trois détenteurs de passeports étrangers. L’attaque a provoqué un nouveau émoi dans le monde arabe, en Arabie Saoudite condamner « avec la plus grande fermeté le ciblage inhumain du camp de réfugiés de Jabalia par les forces d’occupation israéliennes », lorsque le Qatar a dénoncé un « nouveau massacre ». Contre « la guerre israélienne qui tue des innocents », La Jordanie avait annoncé le rappel de son ambassadeur à Tel-Aviv.

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, pour sa part, a déclaré « consterné par le nombre élevé de victimes », me souvenir de ça « Le droit de légitime défense doit toujours être contrebalancé par l’obligation d’épargner les civils dans toute la mesure du possible. » L’ONU, par la voix de son chef des opérations humanitaires, Martin Griffiths, a déploré une nouvelle « atrocité » dans une enclave où « Les combats sont entrés dans une phase encore plus terrifiante, avec des conséquences humanitaires de plus en plus épouvantables. »

Nouveaux attentats ce mercredi

« Depuis plus de deux semaines, nous appelons les habitants de cette zone à partir, par tous les moyens : la radio, le téléphone, la distribution de tracts. Nous leur avons dit de se déplacer vers le sud, qui est une zone plus sûre. » Le contre-amiral Daniel Hagari, porte-parole de l’armée israélienne, s’est défendu mercredi. Tsahal affirme avoir ciblé – et réussi à tuer – Ibrahim Biari, présenté comme l’un des organisateurs des attentats du 7 octobre. Selon l’armée israélienne, il se trouvait « un vaste complexe souterrain à partir duquel il dirigeait les opérations » et aurait succombé à l’effondrement de cette structure.

Le mouvement islamiste a construit un réseau dense de tunnels sous le sol de Gaza qui lui confère un avantage considérable en cas d’offensive terrestre israélienne, et Tsahal l’accuse d’avoir délibérément placé les entrées de certains tunnels à proximité de sites civils. comme les hôpitaux. « Nous faisons de notre mieux pour minimiser les dégâts, jure Daniel Hagarimais la manière dont le Hamas a construit ses infrastructures nous pose un grand défi. Près de 9 000 personnes ont été tuées dans la bande de Gaza depuis la reprise de la guerre, selon le Hamas.



gn headline

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page