Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

le MoDem renforcé, malgré le sang versé de François Bayrou

L’attaque virulente de François Bayrou contre Emmanuel Macron et le Premier ministre Gabriel Attal, mercredi soir, pourrait laisser présager une sanction. Finalement, il n’en est rien puisque le MoDem sort renforcé de la deuxième vague de nominations visant à compléter le gouvernement Attal, annoncée jeudi 8 février.

Lire aussi le décryptage | Article réservé à nos abonnés Remaniement : une si longue attente, pour un non-événement

L’ancienne secrétaire d’État chargée de la Diversité, Sarah El Haïry, devient ministre déléguée chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et de la Famille, tandis que Jean-Noël Barrot est nommé ministre délégué chargé de l’Europe. Sa place vacante au secrétariat du numérique est occupée par Marina Ferrari, jusqu’ici députée de Savoie, et membre du MoDem depuis sa création en 2007.

Avec Marc Fesneau, revenu à l’agriculture le 11 janvier, le parti centriste compte quatre membres au sein du gouvernement Attal. Ou le même chiffre que sous Elisabeth Borne. Certains cadres du parti présidentiel prévoyaient un désaveu cinglant pour les troupes de François Bayrou après que celui-ci ait publiquement exprimé une divergence de vues avec le chef de l’Etat et le premier ministre.

« Manque d’accord profond »

Alors que son nom circulait pour remplacer Amélie Oudéa-Castéra en difficulté dans l’éducation, M. Bayrou a finalement refusé de participer au gouvernement. Une décision annoncée brusquement mercredi soir, dans un communiqué transmis à l’AFP, dans lequel il a notamment déploré « l’absence d’accord profond sur la politique à suivre », conduisant à une crise ouverte au sein de la majorité.

Ce qui s’est donc traduit par le maintien des portefeuilles ministériels du MoDem. Avec un accord qui offre une porte de sortie aux deux alliés. L’influence de M. Bayrou semble toujours intacte. En coulisses, ses lieutenants alimentent l’histoire de Gabriel Attal souhaitant exfiltrer les ministres MoDem, mais qui a dû abandonner son projet après la énième pression de François Bayrou.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Remaniement : Amélie Oudéa-Castéra rétrogradée aux sports et aux JO, son ministère d’origine

Jeudi soir, sur France 2, M. Attal a également tenté de minimiser la portée des critiques du Béarnais, évoquant un simple  » débat «  Ou « désaccord sur une partie de la ligne suivie » mais pas un  » incident « . Avant de préciser que  » Bien sûr « , il a toujours considéré le maire de Pau comme un partenaire fiable. De son côté, le Premier ministre peut se féliciter d’avoir réussi à clore le psychodrame, moins de vingt-quatre heures après son début.

Mais à quel prix ? Car la manœuvre du septuagénaire a souligné une nouvelle fois la fragilité de la coalition gouvernementale. En ne rétrogradant pas François Bayrou et son MoDem, le chef de l’Etat laisse entendre qu’on peut à la fois s’opposer à lui et participer au gouvernement. Au risque de donner le sentiment d’une majorité en grande difficulté.

Il vous reste 60% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

gn france

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Malagigi Boutot

A final year student studying sports and local and world sports news and a good supporter of all sports and Olympic activities and events.
Bouton retour en haut de la page