Skip to content
le manque d’eau relance la question de l’irrigation des cultures


Posté

Mise à jour

Article écrit par

le manque d’eau relance la question de l’irrigation des cultures

M. Justet, S. Wahl, C. Duval, O. Pergament, France 3 Orléans -France 3

France Télévisions

Selon les syndicats agricoles, 5% des agriculteurs utiliseraient l’irrigation pour sauver leurs récoltes. En période de restrictions, certains ont décidé de ne pas respecter l’interdiction d’arrosage.

Dans un champ de Charente-Maritime, du maïs est desséché. Pourtant, Pascal Ribreau, agriculteur, l’a arrosé jusqu’à la semaine dernière illégalement, et n’a pas respecté les restrictions. La sécheresse a réduit de moitié ses rendements, et faute de compensation, il souhaite entretenir ses plantations. « Il faut faire vivre notre famille, il fallait produire. Avec des coûts qui doublent, triplent ou quadruplent, et avec des rendements qui baissent, il y a systématiquement l’effet ciseau, et on ne s’en sortira pas »il se confie.

Comme lui, 110 agriculteurs ont continué à irriguer leurs terres dans le département, malgré l’interdiction. Une pratique dénoncée par l’association France Nature Environnement, qui demande à la profession de s’adapter et encourage « changer les pratiques agricoles ». Pour éviter les infractions, des contrôles sont organisés. En France, selon les syndicats agricoles, seuls 5% des agriculteurs utilisent l’irrigation à cause de la sécheresse. En Europe, un quart du volume d’eau collecté est destiné à l’agriculture.

Inscription à la Newsletter

toute l’actualité en vidéo

Recevez l’essentiel de notre actualité avec notre newsletter

Inscription à la Newsletter

articles sur le même sujet

Vu d’Europe

Franceinfo sélectionne quotidiennement les contenus des médias audiovisuels publics européens, membres de l’Eurovision. Ces contenus sont publiés en anglais ou en français.




francetvinfo .Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.