Skip to content
Le groupe d’accusés du barrage de Coutts infiltré par la GRC

Les documents ont été publiés après qu’un consortium de médias a contesté avec succès l’interdiction de publication qui les avait précédemment scellés.

Le blocus du passage frontalier de Coutts a commencé le 29 janvier et n’a montré aucun signe de relâchement.

Selon les documents, deux policières de la GRC se sont infiltrées dans le groupe de manifestants et le 11 février, elles ont rapporté avoir été témoins de la planification d’un échange d’armes, prévu le soir même, entre Chris Carbert, Anthony Olienick et Jerry Morin.

Chris Carbert, Anthony Olienick, Jerry Morin et Chris Lysak (de gauche à droite) ont été accusés de complot en vue de tuer des policiers.

Photo : Facebook/Carbert, Facebook/Coutts Convoy Restart, Facebook/Morin, Instagram/Berta Bucks

Selon les documents, ces trois hommes voulaient que les deux femmes les aident, mais n’étaient pas d’accord sur la façon de le faire. Ils voulaient qu’ils portent des armes dans un sac de hockey. Chris Carbert pensait que le sac serait trop lourd pour eux, mais Anthony Olienick pensait que les femmes serviraient de couverture parfaite.

Le plan était qu’ils rencontrent Jerry Morin à un point de contrôle le long de la voie ferrée, où il leur donnerait un colis lourd.

Bien que les deux agents se soient rendus au point de rencontre, leur superviseur leur a ordonné de partir. Par conséquent, ils n’ont pas vu le sac de hockey contenant les armes.

Le lendemain, la GRC a lancé une rare opération d’écoute électronique danger imminentqui peut être exécuté sans l’approbation d’un juge lorsque les agents font face à un danger immédiat.

D’après les observations de ses agents, la GRC croyait que Jerry Morin fournirait des armes à Anthony Olienick et Chris Carbert afin de tirer et de tuer des policiers.

La Gendarmerie royale du Canada a saisi des armes d’épaule, des gilets pare-balles, des armes de poing, une grande quantité de munitions et une machette dans trois remorques de manifestants à Coutts.

Photo : Gendarmerie royale du Canada

Anthony Olienick aurait dit aux deux agents infiltrés qu’il avait accès à des centaines d’armes à feu et de munitions à Coutts. Jerry Morin a publié sur les réseaux sociaux un appel pour que tout le monde se joigne à la manifestation. C’est la guerreaffirme-t-il dans une vidéo, relatent les documents judiciaires.

Charges criminelles

Le 14 février, la police fédérale a procédé à des perquisitions de biens et de roulottes sur place, saisissant plus d’une douzaine d’armes à feu, de munitions et de gilets pare-balles.

Elle a déposé des accusations criminelles contre 14 personnes. Jerry Morin, 41 ans, Chris Lysak, 48 ans, Chris Carbert, 45 ans, et Anthony Olienick, 40 ans, font face aux accusations les plus graves, celles de complot en vue de tuer des agents de la GRC.

Anthony Olienick fait également face à une accusation de possession d’une bombe artisanale, qui a été saisie sur sa propriété à Willow Creek, près de Claresholm, au sud de Calgary.

Selon des documents judiciaires, la police soupçonne que trois des quatre hommes se connaissaient et avaient déjà fait des plans avant la manifestation de Coutts. Les documents contiennent cependant peu d’informations sur le quatrième accusé, Chris Lysak.

Des posts sur les réseaux sociaux montrent que ce dernier et Chris Carbert ont des liens avec Diagolon, une milice d’extrême droite violente et suprémaciste blanche. Des signes de ce groupe ont été retrouvés sur les gilets pare-balles saisis par la police lors des perquisitions.

La GRC affirme également que le groupe d’hommes avait mis en place un système de surveillance sophistiquésuivre les mouvements des policiers dans la région de Coutts.

La police fédérale a poursuivi son enquête après l’arrestation des quatre hommes et pense que leur groupe comprenait d’autres membres qui n’étaient pas présents à Coutts.

Avec des informations de Rachel Ward et Meghan Grant (CBC)

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.