Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

Le gardien démocratique de l’Europe, Tiny Kox, nie les liens d’espionnage avec la Russie


Tiny Kox, le chef néerlandais d’un vénérable chien de garde de la démocratie européenne, a nié être un fixateur du Kremlin après qu’un espion russe l’ait décrit comme un contact privilégié dans des fichiers divulgués.

« Ces affirmations étaient fausses et infondées », a déclaré le bureau privé de Kox à EUobserver par e-mail mercredi 14 septembre.

  • L’ancien secrétaire général de l’APCE Bruno Aller (à droite) lors d’une réunion officielle avec le président russe Vladimir Poutine (à gauche) à Moscou en 2002 (Photo : kremlin.ru)

L’homme politique de gauche de 69 ans est devenu président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) à Strasbourg, en France, en janvier 2022.

Comme l’UE, le Conseil de l’Europe [CoE] a été créé pour forger l’unité européenne après la Seconde Guerre mondiale, mais compte 46 États membres.

L’APCE a expulsé la Russie en mars et Kox a vivement condamné son invasion de l’Ukraine.

Mais selon des rapports de renseignement russes divulgués au Dossier Center, une ONG basée à Londres, Kox était considéré comme un chouchou des intérêts du Kremlin avant son élévation au poste le plus élevé de l’APCE.

Dans les dossiers russes, Valery Levitsky, un officier du service de renseignement militaire russe GRU, décrit Kox comme quelqu’un qui pourrait « faire bouger les choses » pour le Kremlin à Strasbourg.

Dans un document de juin 2017, Levitsky parle de l’aide potentielle de Kox pour retarder l’éjection de Pedro Agramunt, un ancien président espagnol pro-Kremlin de l’APCE, de ses fonctions.

Dans un rapport de décembre 2017, Levitsky dit aussi que « selon Tiny [Kox]tout devrait être terminé en notre faveur d’ici avril », s’exprimant dans le cadre d’une campagne de lobbying pour restaurer le droit de vote de la Russie à l’APCE.

L’APCE a suspendu les droits de la Russie en 2014 après sa première invasion de l’Ukraine. Ses droits de vote ont finalement été rétablis en 2019 avant son expulsion de l’APCE cette année.

Levitsky était consul général de Russie à Strasbourg avant que la France ne l’expulse en 2018 pour espionnage.

Il était déjà enrôlé dans les forces armées russes [of which the GRU is part] lorsqu’il était vice-consul de Russie à Marseille, en France, entre 1995 et 1998, indique un document du Dossier Center.

Levitsky était également diplômé de l’École supérieure de radioélectronique de défense aérienne Pouchkine et de l’Académie diplomatique militaire de Moscou avant de faire de la France sa deuxième patrie.

L’homme du GRU a fait pression pour que Kox obtienne le poste de direction de l’APCE via des intermédiaires à Strasbourg, même après avoir été nommé persona non grata par la France, ont révélé les documents du Dossier Center.

Dans un rapport divulgué en 2021, Levitsky a décrit Kox comme une chaussure pour la présidence de l’APCE, par exemple.

« Le rapporteur [Kox]le futur président de l’assemblée, le pose tranquillement [a Russian wish] sur sa liste de priorités pour changer de poste. Il ne peut pas l’écrire noir sur blanc », a déclaré Levitsky à propos de Kox, faisant référence au rapport PACE de Kox de mars 2021 intitulé « La vision de l’Assemblée pour les priorités stratégiques du CdE ».

Le cercle de Levitsky

D’autres visages seniors de PACE faisaient également partie du ring de Levitsky, indiquent les fichiers divulgués du Dossier Center.

Il s’agit notamment d’Agramunt, qui s’est déshonoré publiquement en visitant l’allié sanguinaire de la Russie, le président syrien Bachar al-Assad, en 2017. Ils comprennent également Bruno Aller (un ancien secrétaire général français de l’APCE) et René van der Linden (un ancien président néerlandais de l’APCE) .

EUobserver a posé au bureau de Kox des questions détaillées découlant des dossiers du Dossier Center, telles que : « A-t-il [Kox] jamais entendu parler, rencontré ou correspondu avec M. Valery Levitsky et quelle était leur relation ? ».

« En décembre 2017, M. Tiny Kox a-t-il prôné le rétablissement des droits de vote de la Russie à l’APCE ou a-t-il discuté de l’idée lors d’un dîner avec M. van der Linden ? », avons-nous également demandé.

Le bureau de Kox a déclaré qu’il préférerait répondre à des questions approfondies lors d’un entretien en face à face à l’avenir.

Kox est bien connu à La Haye après avoir été secrétaire général et président du Sénat du Parti socialiste, une faction mineure au parlement néerlandais.

Il a également été membre de l’assemblée parlementaire néerlandaise auprès de l’OTAN à Bruxelles de 2003 à 2010.

Levitsky est maintenant directeur adjoint du département de coopération internationale du Parlement russe à Moscou.

La France a expulsé 35 autres diplomates russes pour espionnage en avril dans le cadre d’une réaction plus large de l’UE à la guerre en Ukraine.

La représentation permanente de la Russie auprès de l’APCE comptait environ 80 employés avant d’être expulsée de l’Assemblée en mars, mais l’APCE pense que la plupart sont maintenant rentrés chez eux.

Le Dossier Center est financé par Mikhail Khodorkovsky, un baron du pétrole russe devenu dissident, et traque l’espionnage russe en Europe.


euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Ray Richard

Head of technical department in some websites, I have been in the field of electronic journalism for 12 years and I am interested in travel, trips and discovering the world of technology.
Bouton retour en haut de la page