Nouvelles

Le FC Metz de László Bölöni est furieux contre le PSG !

La lutte pour le maintien fait rage et certains dirigeants sont plus que jamais sous pression… C’est notamment le cas de László Bölöni, aujourd’hui sur le banc du FC Metz et visiblement préoccupé par la situation du club mosellan, seizième de Ligue 1 après 31 jours et en grand danger. Défait pour la dixième fois cette saison à domicile face au LOSC (1-2), le technicien messin s’est montré forcément amer lorsqu’il s’est présenté en conférence de presse. Au coude à coude avec Lorient et le HAC, également crédités de 29 points, pour se sauver, les pensionnaires du Stade Saint-Symphorien pourront logiquement regretter le précieux point remporté par les Ciel et Marine au Parc des Princes (3- 3), ce samedi, pour retarder la célébration du titre de champion de France des Parisiens.

Le reste après cette annonce

Face aux journalistes, László Bölöni a alors laissé entendre sa frustration face à la gestion du club de la capitale à l’issue de l’exercice 2023-2024. À la question d’un journaliste qui lui demandait s’il était furieux contre le PSG qui ne l’a pas fait « pas joué depuis 75 minutes » contre Le Havre, l’intéressé a alors donné une réponse pleine d’ironie : c’est la deuxième fois que cela arrive… Mais de quel droit ai-je m’exprimer ? Et qui a le droit de s’exprimer là-dessus ? Alors peut-être que c’est plus intelligent pour moi de me taire… de ne rien dire. Mais si je me tais, cela veut dire que je dis beaucoup de choses, a déclaré l’entraîneur roumain de 71 ans.

Lire
L1 : Lille monte sur le podium après son succès à Metz

Un manque d’équité dénoncé…

Un communiqué faisant également écho à une précédente remarque formulée par l’intéressé après le onze largement remanié du PSG face à Clermont (1-1), début avril. Je ne veux pas offenser le PSG ni les joueurs qui ont été utilisés en disant que c’était l’équipe B. Que diront les jeunes de la façon dont je les considère dans ce dossier ? Oui, ça m’a dérangé. Mais entre dire et ne rien dire, je préfère ne rien dire. Frustré, László Bölöni n’est pas le seul footballeur à se plaindre. Ces dernières semaines, Jean-Michel Roussier, président du HAC, avait également dénoncé le comportement parisien.

Le reste après cette annonce

« C’est un manque absolu de respect pour le championnat de France. Clermont, Metz, Lorient, Nantes… Toutes ces équipes qui ont joué Paris n’ont pas eu la chance incroyable d’avoir une équipe B ou C. Paris fait ce qu’il veut, c’est sa liberté de jeu qu’il veut jouer. J’ai envoyé un message à la Ligue pour féliciter le respect de l’équité”, a pesté le leader havrais. Si chacun veut avoir une opinion sur la question, la lutte pour la maintenir s’avère plus intense que jamais. A trois journées de la fin, Metz occupe ainsi la place de barragiste et compte profiter des chocs qui attendent les Havrais, en déplacement à Nice le 10 mai avant d’accueillir Marseille pour le dernier match de la saison le 19 mai, pour progresser dans le classement. Après Rennes et Strasbourg, les Grenats clôtureront leur saison sous les yeux de leur public face… au PSG. Reste désormais à savoir si Luis Enrique optera, encore une fois, pour un certain chiffre d’affaires…

Pub. LE
Mise à jour

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page