Bourse Entreprise

Le «dropping», ou quand les Néerlandais perdent volontairement leurs enfants en forêt

A Bilthoven (Pays-Bas).

La nuit est tombée il y a quelques heures dans le bois Noord Houdringe, à Bilthoven (province d’Utrecht, centre des Pays-Bas). Les enfants se sont cachés pour ne pas être repérés. Thomas Postma, enseignant et chef scout, les aide à échapper aux lampes de poche. Derrière un arbre, le jeune homme aperçoit une petite fille tremblante. Inquiet, Thomas Postma lui demande si elle souhaite arrêter le jeu. L’enfant sort alors de sa cachette en criant : « Mais non, c’est génial ! »

« Elle ne tremblait pas de peur, mais d’excitation »», commente Thomas Postma, en sillonnant cette forêt qu’il connaît comme sa poche. Il organise régulièrement crottesla plupart du temps pour Welpen. C’est ainsi que sont nommés les plus jeunes (entre 7 et 11 ans), toujours accompagnés de chefs scouts.

Carolien Kauffman était également l’une des Welpen la première fois qu’elle a été « lâchée », à 9 ans. Elle en garde des souvenirs mitigés. « Les agents nous ont bandé les yeux dans la voiture et ont fait le tour du rond-point pour nous faire perdre nos repères. » La petite fille était alors épuisée, la cheville tordue et les pieds criblés d’ampoules. «Je voulais y retourner, poursuit la jeune femme de 23 ans, mais les encadrants me faisaient croire que j’étais utile à quelque chose, et ça m’a donné confiance.

C’est à partir de 11-12 ans que les scouts doivent s’orienter sans adulte. Ils sont prévenus quelques jours à l’avance mais ne savent pas exactement quand aura lieu l’événement. goutte. Joris, membre du groupe Scouting Wartburg, s’y rend chaque année. Celui qu’il préfère est celui des marins éclaireurs. « Les animateurs vous bandent les yeux, vous mettent dans un kayak avec une carte et une lampe de poche et vous laissent naviguer par deux en suivant la lumière de la lune. » En fonction de la façon dont cela se reflète sur l’eau, les enfants doivent apprendre à identifier les différents points cardinaux. « J’ai appris beaucoup de choses »dit Joris.

Comme toute unité, celle de Joris dépend de Scouting Nederland, le plus grand mouvement de jeunesse des Pays-Bas, avec plus de 110 000 membres. Mais en termes de goutteil n’y a pas de protocole commun. « La seule règle est de ne pas les organiser dans des zones interdites »précise Mila Mulder, responsable des communications de l’organisation.

Dès la fin de l’école primaire

Une pratique à l’origine scoute. Il n’est pas anodin qu’en néerlandais, on dit scouts « Padvinders », littéralement « ceux qui trouvent leur chemin ». Mais le drop est désormais complètement ancré dans la culture néerlandaise, selon Mila Mulder.

Du scoutisme, il s’est progressivement étendu à d’autres cercles. « Les écoles libèrent les enfants en pleine nuit pour participer à des chasses au trésor », explique Océane Dorange, blogueuse française expatriée aux Pays-Bas. Son fils, Constantijn, en a fait un à la fin de l’école primaire. « Nous étions par groupe de huit, les professeurs nous avaient prévenus, donc tout s’est bien passé »résume l’adolescent.

« Il n’est pas plus dangereux pour un enfant de tomber que de rouler seul à vélo. »

Thomas Postma, enseignant et chef scout

Même la police est d’accord. « Il y a quelques années, la police a arrêté un de mes groupes d’enfants qui allumait un feu », dit Thomas Postma. Lorsque les policiers ont compris qu’il s’agissait d’un goutteils ont convenu de retenir les chefs scouts pendant que les enfants se dispersaient à nouveau dans la forêt.

Le bosquet Noord Houdringe (Bilthoven), qui fait partie de la grande forêt d’Utrechtse Heuvelrug. | Jeanne Sebbar

Référents auprès des jeunes

Le chef scout scrute le feuillage épais du bois de Noord Houdringe. Il voit la route au loin. « Les forêts néerlandaises sont toujours balisées, les enfants ne risquent pas de se perdre très longtemps »assure le professeur. « Cela n’a rien à voir avec les forêts françaisesajoute Océane Dorange, qui a grandi dans les terrains escarpés du Vercors. Ici, la plupart des espaces verts ont la taille du bois de Vincennes.

Cela n’a pas empêché la blogueuse de s’inquiéter lorsque son fils, Constantijn, l’a suppliée d’organiser une goutte pour lui et son meilleur ami, Lars, dans la grande forêt qui entoure Spoordong, au sud des Pays-Bas. « Les parents de Lars étaient tout de suite d’accord. J’étais mort d’inquiétude. »confie Océane.

« Je crois que les enfants apprennent par l’expérience, plutôt que par les avertissements de leurs parents. »

Carolien Kauffman, chef scout

Le blogueur avait calculé qu’il lui faudrait deux heures pour parcourir le parcours. Mais Constantijn et Lars ont mis plus de quatre personnes pour atteindre leur destination. «C’était une galère, nous nous sommes perdus, à tel point que nous avons fini par contourner la rivière et sortir du bois. L’aventure s’est terminée par une promenade le long de la route.se souvient Constantijn en jetant un regard moqueur à sa mère, encore effrayée par le souvenir de ce fameux après-midi.

« Il n’est pas plus dangereux pour un enfant de se faire « laisser tomber » que de rouler seul à vélo », dit Thomas Postma. Quand il y a des problèmes, c’est surtout entre les enfants : un ami exclu, des propos déplacés tenus à l’encontre des filles… « Mais des référents sont désignés pour éviter tout débordement »précise le professeur.

La nuit, dans la forêt, les enfants sont obligés de s’organiser. « Qui sera le leader ? Qui acceptera de suivre les ordres ? Qui va regarder la carte ? Qui vérifiera que personne n’est exclu ?, énumère Thomas Postma. C’était aussi lors de sa première crottes que le groupe de Linnet, âgé de 13 ans, est véritablement devenu un groupe. « Nous nous sommes tous soutenus »se souvient la jeune fille qui fait partie de l’unité de Thomas.

Dans le bosquet Noord Houdringe. | Jeanne Sebbar

« Le but est justement de se perdre »

Il s’agit d’un véritable modèle de parentalité qui reflète goutteune conception de l’enfance typique des Pays-Bas. « Laisser tomber est quelque chose avec lequel nous sommes tous élevés »» raconte Pia de Jong, une écrivaine néerlandaise qui, après avoir vécu dix ans aux États-Unis, est revenue à La Haye il y a deux ans.

La romancière, qui a élevé ses enfants dans le New Jersey, constate des divergences avec la pédagogie américaine : « Contrairement aux Etats-Unis, ici les enfants ont des instincts, car tout n’est pas pensé pour eux par les adultes. » En effet, confirme Océane Dorange, aux Pays-Bas, « les enfants sont poussés à prendre des responsabilités dès leur plus jeune âge ». Son fils, Constantijn, a commencé à travailler à l’âge de 13 ans parallèlement à l’école : il nettoyait les maisons des personnes âgées.

Carolien Kauffman, chef scout depuis plusieurs années maintenant, partage l’avis des deux expatriés : « Je crois que les enfants apprennent par l’expérience, plutôt que par les avertissements de leurs parents. »

Thomas Postma pousse la barrière qui marque la sortie du bosquet Noord Houdringe. Il a hâte d’organiser de nouveaux drops. Mais l’hiver est toujours là ; il faudra attendre le début du printemps. Pour le chef scout, le goutte n’est pas un jeu comme les autres car, pour une fois, « le but est justement de se perdre et d’apprendre à ne pas en avoir peur ». Un jeu où, en fin de compte, personne ne peut échouer.

Ray Richard

Head of technical department in some websites, I have been in the field of electronic journalism for 12 years and I am interested in travel, trips and discovering the world of technology.
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page