Skip to content
Le député macroniste El Guerrab condamné à un an de prison et deux ans d’inéligibilité — RT en français

Le député M’jid El Guerrab (Agir ensemble) a été condamné le 12 mai à trois ans de prison, dont un ferme, et deux ans d’inéligibilité pour l’agression avec un casque sur l’ancien dirigeant socialiste Boris Faure en 2017. Il fera appel.

Près de cinq ans après l’attaque au casque de l’ancien dirigeant socialiste, Boris Faure, le député M’jid El Guerrab a été condamné le 12 mai à trois ans de prison, dont un an de prison et deux ans de prison. inéligibilité ; une décision dont il fera appel, selon son avocat.

La peine d’un an de prison sera convertie en détention à domicile avec un bracelet électronique, a précisé le tribunal de Paris. Le procureur avait requis trois ans de prison, dont un an ferme « arrangé » et trois ans d’inéligibilité contre M’jid El Guerrab.

Le tribunal a également requis l’expertise médicale d’un neurologue pour évaluer les séquelles subies par Boris Faure suite à son traumatisme crânien. Le député de 39 ans devra débourser 2 520 euros pour cette expertise et constituer une provision de 15 000 euros pour dommages et intérêts dont le montant définitif sera fixé ultérieurement.

Ce jugement n’étant pas assorti d’une exécution immédiate, il sera suspendu pendant l’examen de l’affaire en appel. M’jid El Guerrab « va faire appel de cette décision, car il estime que […] l’inéligibilité qui lui est infligée n’est pas justifiée, puisqu’il s’agit de faits survenus dans un cadre privé, qui n’ont que peu à voir avec son mandat politique », a fait savoir à l’AFP son avocat Antoine Vey.

Traumatisme crânien et hémorragie cérébrale pour Faure

« Les faits se sont déroulés dans un contexte politique », a au contraire jugé Patrick Klugman, avocat de Boris Faure, se disant « satisfait » de la décision rendue et que « les tentatives répétées et désespérées de M. El Guerrab pour être jugé après l’expiration de la législature [aient] échoué ». Il a ajouté que son client serait « attentif » à une éventuelle nomination d’un parti à « cet homme qui donne le sentiment de naviguer au-dessus des lois ».

Ancien membre de La République en marche (LREM), M’jid El Guerrab avait rejoint en 2020 un groupe appartenant à la jambe droite de la majorité présidentielle : Agir ensemble. Le 30 août 2017, une altercation éclate entre le nouveau député LREM des Français de l’étranger et le premier secrétaire PS de la Fédération des Français de l’étranger, devant un café du Ve arrondissement de Paris. Une dispute avait opposé les deux hommes puisque M’jid El Guerrab avait choisi de quitter le PS pour briguer l’investiture du parti d’Emmanuel Macron aux législatives de 2017.

Atteint d’un traumatisme crânien et d’une hémorragie cérébrale, Boris Faure avait été opéré en urgence et avait passé trois jours en réanimation, avant d’être de nouveau hospitalisé quelques jours plus tard. Son pronostic vital était engagé depuis un moment. Lors de l’audience, le 7 avril, le député a expliqué qu’il avait « quitté [ses] charnières [de manière] incompréhensible », tout en réaffirmant avoir réagi à un geste agressif de Boris Faure.

La justice a sanctionné la violence en politique sans trembler

Il avait porté plainte le 10 mai auprès de la Figaro que durant ces cinq années, son agresseur est resté au sein de l’Assemblée nationale, bénéficiant « d’une complaisance avérée de certains hauts responsables de la majorité ». Sur Twitter, Boris Faure a affiché sa satisfaction après la condamnation de M’jid El Guerrab : « La justice a sanctionné la violence en politique sans trembler. Les citoyens aux élections législatives doivent maintenant punir les indignes. Partout et sans délai.

Selon plusieurs sources, M’jid El Guerrab voulait se porter candidat à sa réélection aux élections législatives, dans la neuvième circonscription des Français de l’étranger, avec l’investiture de la majorité présidentielle.



Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.