Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

le Conseil des droits de l’homme de l’ONU va examiner un appel à un embargo sur les armes pour Israël

MISE À JOUR SUR LA SITUATION – Citant « le risque plausible de génocide à Gaza », le Conseil des droits de l’homme de l’ONU examinera un projet de résolution appelant à un embargo sur les armes contre Israël.

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU devrait examiner un appel à un embargo sur les armes contre Israël. La situation est « Pire que catastrophique » à Gaza selon un représentant des Nations Unies. Le pape exprime son « Tristesse profonde » après la mort des travailleurs humanitaires tués dans la bande de Gaza. Le Figaro fait le point ce mercredi 3 avril sur le conflit entre l’État hébreu et le Hamas dans la bande de Gaza.

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU va examiner un appel à un embargo sur les armes contre Israël

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU examinera vendredi un projet de résolution appelant à un embargo sur les armes contre Israël, citant « le risque plausible de génocide à Gaza ». Le texte condamne « L’utilisation par Israël d’armes explosives à large spectre d’action » dans les zones peuplées de la bande de Gaza, et appelle Israël à « respecter sa responsabilité légale de prévenir le génocide ». Si le projet de résolution est adopté, ce sera la première position prise par l’organisme des droits de l’homme des Nations Unies dans le conflit qui fait rage à Gaza.

Le texte a été présenté par le Pakistan, au nom de 55 des 56 pays membres de l’ONU qui font partie de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), à l’exception de l’Albanie. Il est également soutenu par la Bolivie, Cuba et l’Autorité palestinienne. La séance de vendredi sera la dernière de la session en cours du Conseil des droits de l’homme. Le document de huit pages exige qu’Israël mette fin à son occupation des territoires palestiniens et cesse immédiatement ses « blocus illégal » de la bande de Gaza, ainsi que toute autre forme de « punition collective ». Il appelle à la fin de tous les transferts d’armes, de munitions et d’autres équipements militaires et souligne les effets des armes explosives sur les hôpitaux, les écoles, les abris ainsi que sur l’approvisionnement en eau et en électricité à Gaza, dénonçant « le recours aux privations sur les civils comme méthode de guerre ».

Le texte appelle à un cessez-le-feu immédiat et condamne « Des actes israéliens qui pourraient être assimilés à un nettoyage ethnique », exhortant tous les pays concernés à empêcher le déplacement forcé des Palestiniens à l’intérieur de la bande de Gaza. Quarante-sept pays siègent au Conseil des droits de l’homme, dont 18 ont soutenu par avance le projet de résolution. Vingt-quatre voix sont nécessaires pour obtenir la majorité absolue, mais une résolution peut être adoptée avec moins de voix en raison des abstentions.

Les corps des humanitaires de WCK remis aux représentants de leurs pays en Egypte

Les corps de six travailleurs humanitaires du WCK tués lors d’une frappe israélienne ont été remis aux représentants de leurs pays en Egypte, annonce l’AFP. Les dépouilles de six travailleurs humanitaires étrangers de l’ONG américaine World Central Kitchen, tués lundi à Gaza lors d’une frappe israélienne, ont été remises aux représentants de leurs pays en Egypte, a appris l’AFP de sources sécuritaires égyptiennes.

Selon la même source, des ambulances ont évacué les victimes du poste frontière de Rafah vers le Caire où elles doivent être rapatriées vers leurs pays respectifs. Une 7ème victime, Palestinien, chauffeur et interprète de l’équipe, a été enterrée à Rafah.

Après la mort d’humanitaires, les ventes d’armes britanniques à Israël remises en question

La pression s’est accrue mercredi sur le gouvernement britannique pour qu’il réexamine, voire suspende ses ventes d’armes à Israël après la mort à Gaza de sept travailleurs humanitaires, dont trois Britanniques, qui a provoqué la colère de Londres. Selon un rapport publié en janvier par des organisations humanitaires, une grande partie des armes utilisées par Israël à Gaza, où le pays mène une guerre contre le mouvement islamiste palestinien Hamas, contiennent des pièces en provenance du Royaume-Uni.

Les partis d’opposition SNP (séparatistes écossais) et Lib-Dem (centristes), ainsi que plusieurs députés du parti conservateur au pouvoir, ont appelé à une suspension immédiate de ces exportations après la frappe israélienne lundi à Deir al-Balah qui a tué sept membres. de l’ONG World Central Kitchen (WCK, basée aux Etats-Unis). Parmi eux se trouvaient les Britanniques John Chapman, 57 ans, James Henderson, 33 ans, et James Kirby, 47 ans. « Penser que les armes britanniques puissent être utilisées pour des frappes comme celles-ci est totalement inacceptable »» a pris d’assaut le leader libéral-démocrate, Ed Davey.

Plus prudemment, le Parti travailliste, favori pour remporter les élections législatives de cette année, a réitéré son appel au gouvernement pour qu’il publie son évaluation juridique concernant d’éventuelles violations du droit international par Israël à Gaza. « Si (cette évaluation) conclut qu’il existe un risque évident que des armes britanniques soient utilisées dans le cadre d’une violation grave du droit international humanitaire, il est temps de suspendre la vente de ces armes », a déclaré David Lammy, responsable des affaires internationales du parti travailliste. Interrogé sur le sujet par le quotidien The Sun, le Premier ministre Rishi Sunak a assuré que les exportations d’armes suivaient « un processus très minutieux » avec « une série de règles et de procédures que (le pays entendait) toujours respecter ».

Pourparlers pour une trêve à Gaza : le chef du Hamas accuse Israël de tergiverser

Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, a accusé mercredi Israël de tergiverser dans les négociations pour une trêve à Gaza et la libération des otages détenus là-bas. Dimanche, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a critiqué le mouvement islamiste palestinien pour avoir durci sa position lors des récents pourparlers qui n’ont guère progressé.

« L’occupation sioniste (Israël, ndlr) continue de tergiverser obstinément et ne répond pas à nos demandes légitimes de mettre fin à la guerre et à l’agression »a déclaré Ismaïl Haniyeh dans un discours diffusé lors d’une réunion du mouvement islamiste libanais Hezbollah, allié du Hamas.

Mardi, le bureau du Premier ministre israélien a déclaré dans un communiqué que son équipe de négociation était revenue d’un nouveau cycle de négociations au Caire. « Dans le cadre des pourparlers, sous la médiation égyptienne, les médiateurs ont formulé une proposition actualisée pour le Hamas.

À Gaza, une situation « Pire que catastrophique »personnes « émacié »

De retour d’une mission d’une semaine dans la bande de Gaza fin mars, Dominic Allen, représentant du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), alerte sur le manque cruel de médicaments, les difficultés d’accès et de distribution de l’aide, dans un entretien. avec l’AFP. « La situation est pire que catastrophique » dit Dominic Allen. « Ce que j’ai vu m’a vraiment brisé le cœur. Gaza est devenue un tas de poussière. Les gens que nous avons rencontrés étaient émaciés, ils nous ont dit qu’ils cherchaient quelque chose à manger. Nous sommes très inquiets pour les femmes enceintes et allaitantes. »il ajoute. « Les médecins et les sages-femmes nous ont dit que leurs patientes donnaient naissance à des enfants plus petits et que la malnutrition, la déshydratation et la peur entraînaient des complications. ».

Une situation tout aussi catastrophique sur la question de l’aide humanitaire, notamment des fournitures médicales et alimentaires arrivant au compte-goutte en raison de l’impossibilité d’accès à Gaza. « Un certain nombre de fournisseurs de l’UNFPA se sont vu refuser l’entrée dans la bande de Gaza aux points de contrôle et aux passages. Il est essentiel de pouvoir acheminer les fournitures médicales là où les femmes et les filles en ont le plus besoin. L’accès au nord de la bande de Gaza est très difficile.

Les prochaines semaines à Rafah ne s’annoncent pas meilleures selon Dominic Allen : « Tous ceux avec qui j’ai parlé à Rafah (sud) ont vraiment peur de ce qui se passerait en cas d’incursion terrestre. Le directeur médical de l’hôpital émirati m’a indiqué que les soignants avaient déjà quitté les lieux pour d’autres parties du territoire. En fait, j’ai quitté Gaza terrifié par ce qui pourrait s’y passer. ».

Le bilan des frappes israéliennes contre le consulat iranien à Damas s’élève à 16 morts

« Le bilan Frappes israéliennes contre une annexe de l’ambassade iranienne Le bilan s’élève à 16 tués : huit Iraniens, cinq Syriens et un Libanais, tous combattants, mais aussi deux civils, une femme et son fils., a déclaré à l’AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), basé au Royaume-Uni. Lundi, des frappes aériennes israéliennes ont détruit l’annexe consulaire de l’ambassade iranienne à Damas, ont indiqué des responsables syriens et iraniens, tuant sept membres du Corps des Gardiens de la révolution, l’armée idéologique de la République islamique. Parmi ces victimes figurent deux généraux de la Force Quds, qui intervient au-delà des frontières, Mohammad Reza Zahedi et Mohammad Hadi Haji Rahimi. Selon l’OSDH, le général Zahedi, tué avec son assistant, était le « Commandant de la Force Qods pour la Syrie, le Liban et la Palestine ». L’Iran a accusé Israël, son ennemi juré, mais ce dernier, qui commente rarement ses frappes en Syrie, n’a pas confirmé sa responsabilité. « Le régime sioniste maléfique sera puni par nos braves hommes. Nous lui ferons regretter ce crime et les autres »a assuré le guide suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei.

Le pape exprime son « Tristesse profonde » après la mort d’humanitaires à Gaza

Le pape François a exprimé son « Tristesse profonde » après la mort des sept travailleurs humanitaires à Gaza, renouvelant son appel au cessez-le-feu et à la libération des otages kidnappés par le groupe palestinien Hamas. « Je prie pour eux et leurs familles »» a déclaré le pape à la fin de son audience générale hebdomadaire au Vatican. « Je renouvelle mon appel pour que la population civile épuisée et souffrante puisse accéder à l’aide humanitaire et pour que les otages soient libérés immédiatement »il ajouta.

 » data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js » >

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page