Skip to content
Le Canada bat le Qatar, à deux mois de la Coupe du monde


Si l’enjeu d’un match amical peut sembler anodin, l’ambition canadienne était pourtant au rendez-vous dès le départ, lorsque plusieurs titulaires indiscutables – Stephen Eustaquio, Jonathan David et autres Alphonso Davies – se sont retrouvés dans le onze de départ du coach John Herdman.

C’était surtout l’occasion de raviver certains automatismes, puisque l’équipe nationale n’avait plus disputé de match depuis juin, étant partie pour l’été sur une défaite 2-1 contre le Honduras en Ligue des Nations de la CONCACAF.

Pour ces retrouvailles, le Canada ne s’est jamais inquiété de la rencontre, offrant un jeu offensif qui a rapidement permis à la feuille d’érable de mener au score.

Dès la 4e minute, Cyle Larin, d’une tête bien méritée dans les airs, redirige un centre flottant apparemment anodin de Sam Adekugbe au fond des filets pour mettre son équipe devant. Un but libérateur pour Larin, buteur aguerri en sélection nationale (26 buts en 54 apparitions), mais confiné sur le banc du Club de Bruges, en Belgique, où il est utilisé comme remplaçant en fin de match depuis son arrivée. cet été.

Dix minutes plus tard, Jonathan David doublait la mise en récupérant le ballon au milieu de la surface de réparation adverse, après un arrêt hasardeux du gardien qatari sur un centre de Kamal Miller destiné à personne. Nouveau succès pour David, dont le compteur affiche déjà 5 buts en 8 matches de Ligue 1 avec Lille, des statistiques dignes de sa forme resplendissante en ce début de saison.

Les deux buts, marqués presque sans forcer, témoignent de la supériorité canadienne tout au long des 90 minutes, apparente sur le plan technique, mais aussi tactique.

Sans jamais avoir à accélérer le rythme, tant au niveau du pressing que de la construction offensive, le Canada a tenu les Qataris à distance en faisant preuve d’une bonne maîtrise de la possession du ballon et d’une capacité à étouffer les rares percées offensives de son adversaire, souvent cantonnées à des contres hâtifs. -attaques.

Le match a également donné à John Herdman l’occasion de tester la profondeur de son équipe. En seconde période, l’entraîneur-chef a donné du temps de jeu à des joueurs moins souvent utilisés en sélection nationale, comme Iké Ugbo, Liam Miller ou Ismaël Koné, qui a représenté le pays pour la troisième fois de sa jeune carrière. .

Pas mal pour une confrontation face à un adversaire contre qui le Canada n’avait jamais joué, et qui se retrouve à peine 5 rangs (48e) derrière la feuille d’érable (43e) au classement mondial FIFA.

Ce résultat devrait permettre aux Canadiens de faire le plein de confiance, à quelques jours d’un autre match de préparation, mais face à un adversaire plus coriace cette fois : l’Uruguay, mardi, à Bratislava en Slovaquie.

Classé 13e mondial, l’Uruguay compte dans ses rangs plusieurs ténors du football mondial, dont Luis Suarez, Federico Valverde (Real Madrid), Rodrigo Bentancur (Tottenham) et Darwin Nunez (Liverpool), établis dans des clubs de premier plan.

Ce duel devrait donner une meilleure indication du niveau qui attend le Canada à la Coupe du monde, puisque la bande d’Alphonso Davies affrontera la Belgique (2e), la Croatie (15e) et le Maroc (23e) en phase de groupes au Qatar.

Un troisième et dernier match préparatoire contre le Japon (24e) attend le Canada le 17 novembre, à trois jours du début de la Coupe du monde.

canada

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.