Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
actualité économiqueBourse Entreprise

Le Cac 40 est à moins de 200 points de son record d’avril


Publié le 5 décembre 2023 à 17h44

Quelle santé ! Vinci et Publicis ont établi de nouveaux records boursiers ce mardi 5 décembre à respectivement 115,3 euros et 79,80 euros. Et le Cac 40 ? Après un gain de 0,74%, l’indice parisien s’est arrêté à 7.386,99 points, soit 194,27 points (soit 2,63%) de son plus haut absolu du 24 avril 2023 à 7.581,26 points. Un petit effort et il sera bientôt au sommet. Quels pourraient être les prochains catalyseurs ? Une baisse des taux d’intérêt ? Ce n’est pas pour tout de suite mais quelques déclarations en ce sens ont été faites ces dernières heures. Membre du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), Isabel Schnabel, considérée comme l’une des plus « faucons » de l’institution, a jugé peu probable une nouvelle hausse des taux d’intérêt compte tenu de la baisse « remarquable » de l’inflation, tombée à 2,4. % sur un an en novembre, contre 2,9% en octobre… et plus de 10% il y a un an.

Outre-Atlantique, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a réaffirmé son message de prudence en fin de semaine dernière. S’il considère « prématuré » de considérer que la politique monétaire est « suffisamment restrictif » pour réduire l’inflation, les conditions économiques étant « inhabituellement incertain « , les décisions futures seront prises avec  » prudence », a-t-il indiqué. Son ton a rassuré le marché et renforcé les attentes d’une baisse rapide des taux directeurs au cours du premier trimestre 2024. Pour l’instant, le marché évalue la baisse des taux de la Fed à environ 125 points de base l’année prochaine, ce qui est évidemment bien plus que ce que prévoit la Réserve fédérale d’ici fin 2024. », a prévenu Ipek Ozkardeskaya, de Swissquote Bank, dans une note ce matin. D’après elle,  » l’optimisme entourant la Fed semble exagéré. Les actifs risqués étaient en territoire de surachat jusqu’à hier et nous avons besoin de statistiques américaines suffisamment modérées pour maintenir les baissiers endormis. Sinon, une rafale de vent chaud pourrait facilement les réveiller de leur sommeil. « .

Modérée, la croissance de l’activité dans le secteur des services est restée ainsi en novembre, l’indice ISM, tout juste publié, ressortant à 52,7 points, après 51,8 en octobre et 52,3 attendu. La composante emploi s’est appréciée de 0,5 point à 50,7, mais en dessous des 51,4 estimés, et l’indice des entrées de commandes est resté stable à 55,5. «  Cela laisse notre indice composite pondéré à un niveau compatible avec une stagnation pure et simple du PIB.estime Paul Ashworth de Capital Economics. Par ailleurs, la nouvelle chute des offres d’emploi à 8,7 millions en octobre, contre 9,4 millions, indique que le marché du travail est à nouveau en déclin. » Données du rapport Jolts « sont compatibles avec un ralentissement de la croissance des salaires nominaux à moins de 4 %, ce qui, dans un environnement où la croissance de la productivité s’est accélérée à plus de 2 %, est tout à fait compatible avec une baisse durable de l’inflation des prix à 2 % », précise l’expert. Et donc compatible avec une fin du cycle de resserrement monétaire…

Nokia battu par Ericsson

Fortement ébranlé, l’équipementier télécoms Nokia chute de 5,63%. L’opérateur américain AT&T a sélectionné son concurrent, le suédois Ericsson (+6,5% à Stockholm), pour la modernisation de son réseau sans fil, un projet qui pourrait coûter près de 14 milliards de dollars sur cinq ans. A l’inverse, Unibail-Rodamco-Westfield grimpe de 1,79%. Dans une note dédiée au secteur immobilier européen, Goldman Sachs a réitéré sa recommandation d’achat sur le titre de la foncière commerciale pour viser 81 euros, contre 70 euros précédemment. Le groupe a également placé avec succès 750 millions d’euros en obligations vertes. Mais les plus fortes hausses de la journée sont venues de BNP Paribas (+2,21%) et LVMH (+2,08%).

Enfin, entre autres recommandations d’analystes, Citi a relevé son objectif de cours sur Capgemini (+1,15%), tout en réitérant son avis d’achat. Le courtier estime que la SSII française constitue le « meilleure idée » dans le secteur des logiciels et des services en Europe. Il s’attend à ce que le groupe surprenne positivement l’année prochaine.

CP

gn buss

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page