Skip to content
L’avortement donnerait droit à un congé de deuil, selon un amendement au Code du travail


L’amendement étend ainsi le congé de deuil à toute grossesse qui se termine par une issue autre qu’une naissance vivante.

Ce congé serait accordé à tous les parents endeuillés, qu’ils soient père ou mère, parents biologiques, adoptifs ou de substitution.

L’amendement dont nous sommes saisis est l’approche la plus large qui traite de toute situation où une grossesse est interrompue, peu importe la raison ou le moment de l’interruption de la grossesse.a déclaré Kaycee Madu à l’Assemblée législative.

Sa déclaration est intervenue après environ deux heures de débat, dominé principalement par l’intervention de trois députées néo-démocrates : Janis Irwin, Sarah Hoffman et Marie Renaud.

Ils ont déclaré que la proposition de Kaycee Madu n’était pas suffisante car elle ne précisait pas que l’avortement et l’interruption de grossesse pour raisons médicales étaient des situations dans lesquelles une personne pouvait bénéficier des trois jours de congé sans solde. . Ils ont demandé au ministre de préciser sur quoi portait son amendement.

Et oui, [pour] députés d’en face, cela comprend aussi l’avortementa répondu Kaycee Madu aux députés de l’opposition.

Le projet de loi 17 modifie l’article sur les normes d’emploi du Code du travail qui prévoit un congé avec protection de l’emploi pour les employés confrontés au décès d’un membre de leur famille.

La version originale du projet de loi accordait trois jours de congé sans solde aux parents lors d’une fausse couche ou lors de l’accouchement d’un enfant mort-né.

La fondatrice et présidente du Pregnancy & Infant Loss Support Centre de Calgary, Aditi Loveridge, estime que le congé devrait être payé, être ouvert à tous les parents qui perdent une grossesse et être prolongé à trois semaines, plutôt que trois jours.

Photo : fournie par le Centre de soutien pour la grossesse et la perte d’un nourrisson

Le ministre du Travail et de l’Immigration a déclaré qu’il avait proposé son changement après s’être entretenu avec des parties prenantes, dont Aditi Loveridge, fondateur et directeur général de la Centre de soutien pour la grossesse et la perte d’un nourrisson de Calgary.

Aditi Loveridge s’est entretenu avec Kaycee Madu après avoir examiné le libellé du projet de loi 17 présenté le mois dernier. Elle lui a demandé de rendre le congé de deuil aussi large et inclusif que possible.

Le débat partisan s’invite à l’Assemblée législative

La question de l’avortement a été délicate pour le Parti conservateur uni (UCP) au pouvoir, car un certain nombre de députés ont une histoire d’opposition à l’avortement, y compris le Premier ministre Jason Kenney.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a martelé le gouvernement sur l’accès à l’avortement après qu’une fuite a suggéré que la Cour suprême des États-Unis pourrait annuler la décision historique Roe c. Wade.

Mark Smith, député de ECP de la circonscription de Drayton Valley-Devon, dans le centre-ouest de l’Alberta, a déclaré qu’il appuyait le libellé large de l’amendement, car il donne aux gens le temps de faire le deuil d’une grossesse, y compris aux femmes qui, selon lui, ont regretté leur avortement.

Leur chagrin est réeldit Marc Smith. Et le temps du deuil est nécessaire même lorsque la perte de grossesse est la conséquence d’un avortement.

Les députés de l’opposition ont saisi la déclaration du député conservateur comme preuve de l’agenda caché du gouvernement sur l’avortement. Ils ont également souligné la réticence de Jason Kenney à commenter le document divulgué de la Cour suprême des États-Unis et son refus de confirmer si son gouvernement maintiendrait l’accès à l’avortement en Alberta.

Le ministre du Travail et de l’Immigration, Kaycee Madu, s’est dit déçu que le NPD profité du débat pour attaquer le gouvernement sur la question de l’avortement.

Ils ne sont pas intéressés par le contenu de l’amendementil a dit. Ils préfèrent faire de ce projet de loi, qui ne devrait pas être un sujet de polarisation, une question partisane.

L’amendement intervient également quelques jours après que des manifestants pro-choix se sont rassemblés devant l’Assemblée législative d’Edmonton pour marquer leur opposition à un éventuel recul du droit à l’avortement dans la province.

Les discussions se sont terminées sans vote sur l’amendement. Le projet de loi sera à nouveau débattu dans les prochains jours.

Avec les informations de Michelle Bellefontaine

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.