Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles

L’Assemblée nationale adopte le budget de la Sécurité sociale en première lecture après le rejet de la motion de censure de LFI


L’Assemblée nationale a rejeté samedi 4 novembre, dans un hémicycle quasi désert, la motion de censure de La France insoumise, qui avait été déposée après l’appel d’Elisabeth Borne au 49.3 de la part d’Elisabeth Borne.  » dépenses «  et sur l’ensemble du budget de la Sécurité sociale.

Ce 23e La motion de censure présentée au Premier ministre a obtenu 89 voix sur les 289 nécessaires pour renverser le gouvernement. Ce rejet constitue l’adoption en première lecture du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), qui doit désormais être examiné au Sénat.

Le texte prévoit notamment un déficit de la Sécurité sociale plus important que dans la dernière loi de finances d’avril, estimé à 8,8 milliards d’euros en 2023, puis 11,2 milliards en 2024. Les comptes sont plombés notamment par la hausse des dépenses d’assurance maladie.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Budget de la Sécurité sociale : le pouvoir exécutif entre recul et tâtonnements

Des mesures qui tendent les oppositions

Si elle contient des mesures consensuelles pour le déploiement de la campagne de vaccination contre le papillomavirus dans les écoles, la gratuité des préservatifs pour les moins de 26 ans, ou encore le remboursement des protections périodiques réutilisables pour les femmes de moins de 26 ans, certaines mesures du PLFSS tendent les oppositions.

Elle comprend notamment la possibilité de suspendre les indemnités journalières d’un assuré lorsqu’un médecin mandaté par son employeur juge son arrêt de travail injustifié, ou encore la réduction du remboursement en cas de refus de transport sanitaire partagé.

Une autre mesure a cristallisé les critiques de l’opposition, sans apparaître dans le texte : le possible doublement du reste à payer par les assurés pour les médicaments (actuellement 50 centimes par boîte) et les consultations (1 euro). L’incertitude demeure également de mise pour une autre mesure explosive : la cotisation de l’Agirc-Arrco, un fonds de retraite privé complémentaire. Si le gouvernement a renoncé  » à ce stade «  pour le percer, il n’exclut pas complètement l’idée. « Je préfère laisser les partenaires sociaux trouver des solutions, plutôt que de contraindre les moyens de l’Agirc-Arrco »a assuré Elisabeth Borne lundi.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Retraites complémentaires : le gouvernement revient sur son projet de drainer « l’argent » de l’Agirc-Arrco

Le Monde avec l’AFP

gn headline

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page