Skip to content
L’année s’annonce difficile pour les marchés


Pour la rare fois depuis le début de l’année, Wall Street a enregistré hier des gains solides alors que ses principaux indices (Dow Jones, SB&P 500, Nasdaq) ont tous terminé la journée en hausse de 3 %.

Cela mettra un peu de baume sur la dépression de vos portefeuilles. Mais ne vous emballez pas trop vite. L’année s’annonce difficile pour les marchés.

À la lecture de vos relevés de placement au 30 avril, vous pourriez être choqué.

Et ce, que vous déteniez un portefeuille d’actions, d’obligations, de fonds d’actions, de fonds obligataires, de fonds équilibrés, de fonds indiciels.

Si seulement avec un portefeuille équilibré, disons 50% en obligations et 50% en actions (moitié et moitié canadiennes et étrangères), vous constaterez, pour les quatre premiers mois, une perte d’environ 8,4% par rapport à la valeur de votre portefeuille fin décembre 2021.

FORTE HAUSSE DE LA FED

Comme l’avaient prédit tous les analystes financiers et économistes du monde, la Réserve fédérale américaine (Fed) a relevé hier son taux directeur d’un demi-point de pourcentage, sa plus forte hausse en près de 22 ans. Le taux passe ainsi à 1 %.

Vous allez me dire : « Il n’y a rien là-bas ! Malheureusement, c’est plutôt le contraire : la hausse de ce demi-point de pourcentage confirme que la Réserve fédérale a bien entamé le processus de resserrement de sa politique monétaire.

Le demi-point d’hier n’est que le début d’une série de hausses successives des taux de la Fed visant notamment à contrer l’inflation galopante qui frappe les États-Unis. Le taux directeur de la Fed pourrait dépasser 2,5 % d’ici la fin de l’année.

Le grand défi de la Fed ? Combattre avec succès l’inflation en augmentant les taux d’intérêt pour ne pas entraîner l’Amérique dans la récession.

Théoriquement, l’un des pires facteurs négatifs pour le marché boursier est la hausse des taux d’intérêt.

Or, suite à l’annonce de la hausse du taux directeur de la Fed, hier, à 14 heures, comment les indices boursiers ont-ils réagi ? Ils sont tous montés ! Comment expliquer cette réaction positive des investisseurs ?

Réponse : La hausse d’un demi-point de la Fed a déjà été largement ignorée lors des précédentes baisses des marchés boursiers.

LES BAS ?

Maintenant la grande question : les gros reculs enregistrés par les trois grands indices américains depuis le début de l’année ont-ils touché le fond ? Fin avril, voici les baisses qu’ils avaient affichées depuis début 2022 :

  • Dow Jones : -9,25%
  • S&P 500 : -13,3 %
  • Nasdaq : -21,2%

La Bourse canadienne, en revanche, a mieux défendu ses investisseurs, ne reculant que de 2 %.

Quant au marché obligataire, les pertes sont énormes, allant de 10 à 18 % durant les quatre premiers mois de l’année.

Cela dit, tant mieux si le creux de la bourse et le creux du marché obligataire ont été atteints.

Mais je ne parierais pas là-dessus à cause des grandes inconnues qui persistent par rapport à l’ampleur des conséquences économiques du conflit entre la Russie et l’Ukraine, la maîtrise de l’inflation, la flambée du prix du baril de pétrole, l’impact sur l’économie des problèmes d’approvisionnement, etc.



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.