Skip to content
L’Alberta offrira des vaccins préventifs contre la variole du singe


La province rejoint ainsi le Québec, l’Ontario et la Colombie-Britannique, qui avaient déjà mis en place des campagnes de vaccination ciblées.

Jusqu’à récemment, l’Alberta n’offrait le vaccin qu’aux personnes qui avaient été exposées au monkeypox. Mais à partir du 29 juillet, Alberta Health indique que les Albertains de 18 ans et plus qui pensent répondre aux critères d’éligibilité suivants pourront recevoir le vaccin :

  • Les personnes transgenres, cisgenres ou bispirituelles qui s’identifient comme faisant partie de la communauté gaie, bisexuelle et des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) et qui répondent à l’un de ces critères :
  1. Ont été récemment diagnostiqués (au cours des six derniers mois) une infection sexuellement transmissible ;
  2. Prévoyez d’avoir, ou avez eu au cours des 90 derniers jours, des relations sexuelles en dehors d’une relation mutuellement monogame ;
  3. Avoir fréquenté des lieux où des contacts sexuels ont eu lieu au cours des 90 derniers jours (par exemple, des bains publics ou des clubs échangistes), avoir l’intention de le faire, ou travailler et/ou faire du bénévolat dans ces lieux.
  • Les personnes ayant eu des relations sexuelles avec les personnes mentionnées ci-dessus ;
  • Personnes et bénévoles travaillant dans un lieu ou un événement où une activité sexuelle entre hommes peut avoir lieu.

Frustration et inquiétudes chez les homosexuels

Avant cette annonce, plusieurs hommes gais et bisexuels avaient exprimé leur frustration de devoir se rendre dans une autre province canadienne pour recevoir un vaccin contre la variole du singe.

Kory DeGroot, un résident d’Edmonton, compte aller se faire vacciner à Montréal avec sa compagne. Il dit avoir cherché sur les sites Web de l’Alberta Health et de l’Alberta Health Service (AHS) des informations sur la façon d’obtenir le vaccin, mais n’a trouvé aucune indication qu’il était éligible.

Il prévoit donc toujours de se faire vacciner à son arrivée à Montréal la semaine prochaine, et il s’inquiète des problèmes d’équité pour ceux qui n’ont pas les moyens de voyager.

Bien que le nombre de cas demeure relativement faible par rapport aux autres provinces, certains experts en santé des hommes gais craignent une hausse rapide. (archive)

Photo : Reuters/Dado Ruvic

De nombreuses personnes travaillant dans des centres de santé pour hommes gais pensent que la flambée des cas en Alberta n’est qu’une question de temps.

Au 28 juillet, 13 cas de monkeypox ont été confirmés dans la province.

Même si le nombre de cas demeure relativement faible par rapport à l’Ontario, au Québec et à la Colombie-Britannique, il est difficile de ne pas nous voir à la traîne. selon Nolan Hill, spécialiste de la santé des hommes gais à Centre de sexualité de Calgary.

Il craint qu’un manque de communication de la part du gouvernement de l’Alberta ne conduise à une stigmatisation accrue et que de nombreuses personnes associent la variole du singe à une maladie uniquement liée à la communauté gaie.

Avec des informations de Rob Easton

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.