Skip to content
L’Alberta annonce une bourse de 5 000 $ pour aider les étudiants dans des programmes spécifiques

L’annonce a été faite mercredi par le ministre de l’Enseignement supérieur, Demetrios Nicolaides, qui a indiqué que la bourse Nouveaux commencements est une subvention financière unique et non remboursable, dont le but est d’aider les étudiants à faible revenu et de répondre aux besoins croissants du marché du travail.

 » Nous ouvrons de nouvelles portes et créons des règles du jeu équitables où les Albertains ont un accès égal à l’éducation et aux opportunités [de carrière]. »

Une citation de Demetrios Nicolaides, ministre de l’Enseignement supérieur de l’Alberta

Pour bénéficier de cette aide financière, les étudiants doivent être inscrits dans des programmes tels que l’énergie, la technologie, l’aérospatiale, l’aviation et la finance, des secteurs dans lesquels il existe, selon le ministre, besoins forts [en main d’œuvre].

Le gouvernement s’est appuyé sur données sur le marché du travail, besoins de l’industrie, taux de rétention dans la province et demande des étudiants déterminer l’admissibilité des étudiants en fonction de leurs programmes universitaires, explique le ministre Nicolaides.

Les critères tiennent également compte de la situation familiale et des revenus de l’étudiant. Par exemple, si l’étudiant n’a pas de personnes à charge, il doit avoir gagné un revenu annuel de 33 000 $ ou moins pour être admissible. Un étudiant issu d’une famille de quatre personnes doit justifier d’un revenu familial annuel égal ou inférieur à 66 000 $, précise le ministre.

Les boursiers seront automatiquement sélectionnés par le biais des systèmes de prêts étudiants et d’aide aux étudiants de la province.

Une goutte dans l’océandit le syndicat étudiant

Ce nouveau programme de bourses est un pas en avant pour Nicole Schmidt, présidente du syndicat étudiant de l’Université de Calgary. Cependant, cela reste insuffisant compte tenu des nombreux défis financiers auxquels les étudiants sont confrontés.

Elle cite les hausses des frais de scolarité et les récentes réductions de financement à cet égard. Le gouvernement provincial a coupé 600 millions de dollars dans l’éducation postsecondaire ces dernières années, dit-elle. [Dans ces conditions]un investissement de 15 millions de dollars, bien que très apprécié, est une goutte d’eau dans l’océanelle se dispute.

Nicole Schmidt ajoute que l’université a récemment approuvé les augmentations proposées des frais de scolarité pour les étudiants en génie et en médecine alors que le gouvernement a mis fin au programme de travail temporaire d’été en 2019. (STEP).

Ce programme a permis aux municipalités, aux petites entreprises et aux organismes à but non lucratif de recevoir des subventions provinciales pour embaucher des étudiants pendant l’été, entre mai et août. Le gouvernement de l’Alberta l’a supprimé en 2019, affirmant que les fonds alloués au programme n’étaient pas gérés efficacement.

Le président du syndicat étudiant de l’Université de Calgary a également critiqué le ciblage de certains programmes menant à un diplôme dans les critères d’admissibilité du nouveau programme de bourses.

Elle croit que si un étudiant est accepté dans un programme et démontre un besoin financier, ce qu’il choisit d’étudier ne devrait pas être un obstacle ou un facteur pour recevoir un financement.

 » Il est décevant de voir le gouvernement faire des gagnants et des perdants en ne rendant ce financement admissible qu’aux étudiants et à certains programmes. »

Une citation de Nicole Schmidt, présidente de l’Union des étudiants de l’Université de Calgary

Avec des informations de Dave Gilson

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.