Skip to content
Lac-Barrière : risquer sa santé pour aller à l’école


Devant l’une des portes de l’école Kitiganik de Lac-Barrière (à environ 150 km au sud de Val-d’Or), des hommes s’affairent avec des brouettes et des pelles, masques de protection sur le visage. Ils essaient d’enlever la moisissure qui a proliféré sous tout le bâtiment.

Ce ne sont pas des experts. Simplement des employés du conseil de bande de cette communauté Anishinaabe. Larry Deschênes est le directeur des travaux publics de la communauté. C’est lui qui descend dans le trou, pour enlever le moule. Ce n’est pas eux qui devraient y aller, dit-il en désignant les jeunes travailleurs. C’est à moi d’y aller.

C’est Larry Deschênes qui descend dans le trou pour examiner le dessous de l’école et tenter d’en retirer la moisissure.

Photo : Radio-Canada / Delphine Jung

Photos à l’appui, il expose l’étendue des dégâts. Il est difficile de distinguer la moisissure du sable. Mais l’odeur qui s’en dégage ne laisse aucun doute. Quelques jours plus tôt, c’était encore pire semble-t-il.

Dans la communauté, le problème de la scolarisation insalubre est bien connu. Même Nicolas Moquin, porte-parole de Services aux Autochtones Canada (SAC) reconnaît que l’école est obsolète.

Concernant la présence de moisissures, le ministère indique avoir été informé par le directeur de l’école le 25 mai. C’est également ce même jour qu’Espaces INDIgenes s’est rendu à Lac-Barrière pour enquêter et a envoyé un courriel au directeur demandant une entrevue.

Le problème de moisissure est récurrent et survient après la fonte des neiges, chaque année.

Lac-Barrière : risquer sa santé pour aller à l’école

Quelques employés du conseil de bande tentent de régler le problème de la moisissure.

Photo : Radio-Canada / Delphine Jung

Peu de gens osent en parler ouvertement par peur des représailles du conseil de bande. Dans cette petite communauté très divisée, remonter les problèmes peut coûter cher selon certains, comme la perte de son emploi.

Espaces Autochtones a pu recueillir une dizaine de témoignages et tous vont dans le même sens.

On dit que ceux qui s’aventurent dans l’enceinte de l’école ont les yeux rouges, des migraines à répétition et toussent au bout de quelques jours.

Les parents se plaignent sur les réseaux sociaux et exigent des réponses et une communication plus transparente de la part de la direction et du chef de l’école, Tony Wawatie.

Lac-Barrière : risquer sa santé pour aller à l’école

Keyejee Papatie est le fils de l’ancien directeur de l’école décédé l’automne dernier.

Photo : Radio-Canada / Delphine Jung

Keyejee Papatie, le fils de l’ancien directeur de l’école, a lui-même travaillé un temps dans l’établissement. Il y a 20 ans nous avions déjà de la moisissure et nous étions toujours inquiets pour la santé de nos enfants, mais la mairie n’écoute pasdit-il devant sa maison.

Casey Ratt, l’ancien chef, a des enfants qui vont lui-même à l’école. Il a senti l’odeur de moisissure. Il appelle le chef à parler au gouvernement canadien, qui est responsable de la communauté.

Le chef doit porter nos griefsdit Casey Ratt, ajoutant qu’il est, comme beaucoup, très inquiet pour la santé de ses enfants.

Lac-Barrière : risquer sa santé pour aller à l’école

Harmony est l’une des filles de Casey Ratt.

Photo : Radio-Canada / Delphine Jung

L’école déserte

Plusieurs parents ont décidé de ne pas envoyer leurs enfants à l’école ces dernières semaines, pour éviter de respirer cet air malsain. L’une des personnes interrogées par Espaces Indiens explique que seuls 15 enfants viennent contre 80, 85 normalement.

Dans les couloirs, pas un rire d’enfants, pas de bambins qui courent. Les salles de classe sont presque vides. Une enseignante s’occupe de deux jeunes.

Lac-Barrière : risquer sa santé pour aller à l’école

L’école communautaire a été négligée par les enfants ces derniers temps.

Photo : Radio-Canada / Delphine Jung

Plusieurs fermetures ont été décrétées par le conseil de bande et certains enseignants décident de poursuivre leurs cours dans un autre bâtiment, comme celui réservé à la garderie.

Ces fermetures récurrentes préoccupent particulièrement une employée de l’école et de la garderie.

Elle s’interroge sur le niveau de scolarisation des enfants s’ils ne fréquentent pas assidûment l’école. Elle s’inquiète également d’éventuelles visites de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ).

Si la DPJ arrive ici et voit que les enfants ne vont pas à l’école, ce ne sera pas la faute des parents, mais de nos dirigeants. Si nous perdons nos enfants, je m’y opposerai, et toute la communauté d’ailleursdit-elle en bombant le torse.

Projet abandonné

Tout le monde attend la construction d’une nouvelle école. Celui-ci, réparé année après année, a plus de 50 ans selon le chef Tony Wawatie et les autres.

Lac-Barrière : risquer sa santé pour aller à l’école

De nombreux membres de la communauté souhaitent la construction d’une toute nouvelle école.

Photo : Radio-Canada / Delphine Jung

Dans le bâtiment actuel, un plan de ce qu’aurait pu être le nouvel établissement de la communauté est enroulé et posé dans un coin.

Cette école, dont la construction aurait dû démarrer en 2019-2020, n’a jamais vu le jour. Il y avait des problèmes de terrain, sur lesquels il aurait dû être construit selon le nouveau chef.

Ensuite, le directeur général régional rattaché aux Services aux Autochtones de l’époque aurait d’abord exigé que la communauté soit raccordée au réseau électrique d’Hydro-Québec avant de donner le feu vert pour la construction d’une nouvelle école.

Lac-Barrière : risquer sa santé pour aller à l’école

La communauté de Lac-Barrière est considérée comme une communauté semi-isolée.

Photo : Radio-Canada / Delphine Jung

Il est vrai que Lac-Barrière n’a qu’une seule génératrice.

Le gouvernement canadien le sait et attend que la communauté prenne une décision concernant son approvisionnement en électricité avant d’aller de l’avant avec la construction d’une nouvelle école. La balle est donc clairement dans le camp du conseil de bande.

Jusqu’à ce qu’une décision finale soit prise par la communauté sur l’alimentation électrique, la phase de construction du projet ne peut pas avancer.détaille le porte-parole de SAC.

Lac-Barrière : risquer sa santé pour aller à l’école

Le gouvernement canadien est conscient de l’état de l’école de la communauté et s’assure qu’il travaille en collaboration avec le conseil de bande à ce sujet.

Photo : Radio-Canada / Delphine Jung

En attendant, le ministère finance des travaux de réparation. L’automne dernier, SAC a notamment investi 275 000 $ pour réparer le toit.

SAC veille à travailler en collaboration avec la communauté. Outre, un comité consultatif, qui comprend le service de l’éducation de Lac-Barrière et le Conseil en éducation des Premières Nations Québec-Labrador (CEPN), a été créé pour voir au bon déroulement du projetpoursuit Nicolas Moquin de SAC.

Lac-Barrière : risquer sa santé pour aller à l’école

Le chef Tony Wawatie blâme principalement le gouvernement lorsqu’il est informé de l’état de l’école communautaire.

Photo : Radio-Canada / Delphine Jung

Les personnes interrogées disent savoir à l’avance ce que le chef Wawatie dira aux journalistes à ce sujet. Et ils n’ont pas tort.

Comme ils le pensaient, le chef indique que le coupable est le gouvernement.

Nous avions un grand plan en 1997, mais le gouvernement s’est retiré parce que nos idées n’étaient pas conformes à sa politique colonialiste.assure-t-il, avant de s’écarter sur la division qui règne au sein de la collectivité, sur les problèmes de logement en général et de consommation de drogue.

Les gens commencent à perdre patience. Ils n’arrêtent pas de nous dire « nous avons un plan, nous avons un plan, nous avons un plan », mais où est ce plan ? Nous n’avons jamais rien vu. Ils ont essayé de caler pendant des annéeslance l’une des sources d’espaces autochtones.

Lac-Barrière : risquer sa santé pour aller à l’école

Tout le monde attend la fin de l’année scolaire pour souffler un peu.

Photo : Radio-Canada / Delphine Jung

Plusieurs personnes interrogées soulèvent également le fait qu’en ce moment même, des travaux sont en cours pour réparer le chemin communautaire et construire un terrain de baseball. Ils auraient préféré que cet argent aille dans la construction d’une nouvelle école.

Solutions temporaires

En attendant, le chef dit qu’il essaie de trouver des solutions à court terme. Comme c’était déjà le cas, le conseil de bande essaie de trouver un local pour que les enfants puissent s’y rendre jusqu’à ce que le problème de moisissure soit réglé.

Sur le territoire ? À Maniwaki?

Voici les options sur la table dit le chef. Maniwaki est à plus d’une heure de route de la communauté, ce qui obligerait les enfants à endurer un long trajet en voiture pour se rendre à l’école.

Lac-Barrière : risquer sa santé pour aller à l’école

L’école du Lac-Barrière existe depuis plus de 50 ans et n’a pas été rénovée depuis.

Photo : Radio-Canada / Delphine Jung

Nous demandons des mobil-homes, mais ils ne veulent pasdit encore le chef. Ils ce sont les gens du gouvernement.

L’homme invisible

En plus de la moisissure récurrente, le nouveau réalisateur, James McGrogan, un non-Autochtone, n’est jamais sur place. Il travaille plutôt depuis Toronto, selon les différents témoignages recueillis.

 » Il n’est pas d’ici, c’est un blanc qui ne vient jamais rencontrer l’équipe, les enfants, il n’a jamais mis les pieds dans notre école et il est dehors, prenant des décisions pour tout le monde. »

Une citation de Témoignage d’une source qui a souhaité rester anonyme

Un autre détail qu’il ne s’est même jamais présenté à l’équipe.

Lac-Barrière : risquer sa santé pour aller à l’école

Seulement 15 enfants vont à l’école depuis que le problème de moisissure est devenu insupportable.

Photo : Radio-Canada / Delphine Jung

À Lac-Barrière, James McGrogan est surnommé par certains l’homme invisible. Malgré nos deux relances, il n’a pas répondu à nos demandes d’interview concernant l’état de l’école qu’il dirige lui-même.

Une de nos sources ajoute : J’ai dit au chef qu’il fallait embaucher quelqu’un qui viendrait à l’école, quelqu’un qui prend ça à cœur, qui vienne voir le moule. Je ne vois pas comment il peut prendre des décisions sans être làelle dit.

 » Le directeur devrait être là, en première ligne. »

Une citation de Larry Deschênes
Lac-Barrière : risquer sa santé pour aller à l’école

Beaucoup d’enfants ne vont plus à l’école et passent leur journée dehors.

Photo : Radio-Canada / Delphine Jung

Le chef Tony Wawatie est bien conscient de cette situation. Nous l’avons embauché en pleine pandémie (automne 2021, ndlr). Pendant tout ce temps, il était difficile de faire bouger les choses. Je prends la responsabilité de son absence dans la communauté. Nous lui demandons de venirdit-il humblement.

Plusieurs reprochent également au conseil de bande et à la direction de l’école leur manque de transparence. Ils accusent le chef de ne pas être assez présent dans la communauté, de ne pas obtenir de réponse de sa part lorsqu’ils lui posent des questions.

Lac-Barrière : risquer sa santé pour aller à l’école

Le chef souligne souvent qu’en plus des problèmes qui affectent l’école, la communauté souffre d’un problème majeur de manque de logements.

Photo : Radio-Canada / Delphine Jung

Par exemple, un rapport d’inspection a été produit après la visite d’experts à l’école. Le chef lui-même a parlé de ce rapport dans une interview. Les salariés auraient aimé pouvoir le consulter. Malgré les demandes d’Espaces Autochtones, le conseil de bande ne nous l’a pas transmis.

En attendant, le chef Wawatie assure mettre de la pression sur le gouvernement.

Certains membres envisagent sérieusement de donner un ultimatum au chef et au conseil : soit ils font quelque chose et rapidement, soit l’affaire sera portée devant les tribunaux.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.