Nouvelles du Canada

La taille des cornes chez les mouflons femelles influencerait la reproduction

Paru en mars dans le journal Actes de la Royal Society Bl’étude (Nouvelle fenetre) a examiné une population de mouflons d’Amérique à Ram Mountain, une région à l’est des montagnes Rocheuses près de Nordegg.

Son auteur, Samuel Deakin, dit avoir eu de nombreuses études sur le sujet, mais que l’originalité de son étude réside dans le fait qu’elle s’est concentrée sur les femmes, par examinez ce qui influence leurs cornes ou quelles indications leurs cornes avaient sur l’aptitude à la reproduction.

Retards de reproduction

Selon Samuel Deakin, l’enquête a révélé que les femelles aux cornes plus longues donnent naissance à des mères à un âge plus précoce, généralement vers 3 ans, tandis que celles aux cornes courtes donnent naissance pour la première fois. 5 ans.

Par ailleurs, alors que l’on sait que les mouflons mâles utilisent leurs cornes pour manger et se battre, l’auteur de l’étude dit ne pas savoir à quoi servent réellement les cornes femelles. Il ajoute que ceux-ci pourraient être utilisés pour se défendre ou pour donner une indication sur la qualité de la souche dont est issue la femelle.

Quoi qu’il en soit, les cornes des femelles sont moins impressionnantes et généralement plus petites que celles des mâles, qui peuvent atteindre un mètre et peser jusqu’à 14 kilogrammes.

La plupart des brebis femelles peuvent vivre jusqu’à 18 ans.

Lien supposé entre la chasse et la taille des cornes

Samuel Deakin craint les impacts possibles de la chasse aux trophées sur la taille des cornes. Les chasseurs sélectionnent les plus gros moutons mâles, ce qui pourrait diminuer la taille des cornes de la population, y compris celles des femelles, et nuire à la survie de l’espèce, dit-il.

La saison de chasse au mouflon d’Amérique a démarré cette année fin août, avec 3 000 chasseurs.

Le directeur de la santé de la faune et des permis de Poissons et faune de l’AlbertaMatt Besko, rappelle à ce sujet que la chasse au mouflon d’Amérique est réglementée et gérée de manière à assurer la survie de l’espèce.

Mais selon Devon Earl duAssociation de la nature sauvage de l’Albertal’étude met en évidence le fait que la chasse au trophée du mouflon d’Amérique n’est pas durable car elle affecte la capacité de reproduction de ces brebis femelles. La spécialiste de la conservation promet donc que son association gardera un œil sur la population de ce mammifère.

L’Alberta abrite 9 000 mouflons d’Amérique, dont 3 000 se trouvent dans des aires protégées.

Avec des informations d’Ishita Verma

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Jewel Beaujolie

I am a fashion designer in the past and I currently write in the fields of fashion, cosmetics, body care and women in general. I am interested in family matters and everything related to maternal, child and family health.
Bouton retour en haut de la page