Skip to content
La Hongrie est devenue un « régime hybride », selon les députés

La Hongrie est devenue un « régime hybride d’autocratie électorale », selon un projet de rapport d’une commission du Parlement européen.

Le projet de rapport présenté en commission des libertés civiles par l’eurodéputée verte française Gwendoline Delbos-Corfield.

Les pays sont qualifiés de régimes hybrides lorsqu’ils combinent des traits démocratiques, comme les élections, avec des traits autocratiques, comme l’abus de pouvoir de l’État.

Le rapport est une mise à jour du rapport du Parlement de 2018 qui a déclenché la procédure de l’article 7 contre la Hongrie, une enquête sur les sanctions visant à freiner les États membres qui enfreignent les règles et les valeurs de l’UE.

Les eurodéputés visent à pousser le Conseil des États membres de l’UE à affirmer – ce qui n’a pas besoin de l’unanimité parmi les gouvernements de l’UE – que la Hongrie risque de violer les valeurs de l’UE, et à formuler des recommandations à la Hongrie.

Depuis 2018, le conseil n’a organisé que trois auditions sur la Hongrie, ce qui, selon les députés, est trop peu et trop lent.

« Tout retard supplémentaire dans une telle action équivaudrait à une violation du principe de l’état de droit par le conseil lui-même », indique le projet de rapport.

Le projet de rapport « regrette » que « l’absence d’action décisive de l’UE ait contribué à transformer la Hongrie en un régime hybride d’autocratie électorale ».

Le projet indique que depuis plusieurs années, la situation en Hongrie n’a pas été abordée, de nombreuses préoccupations subsistent et de nouveaux problèmes sont également apparus.

« Les choses ont empiré », a déclaré l’eurodéputée suédoise de gauche Malin Björk, ajoutant qu' »il y a une opinion [in Hungary] que ce que veut la majorité, par définition, est démocratique. »

Elle a ajouté que l’UE doit faire plus, « sinon nous aurons un effet d’entraînement ».

L’eurodéputée sociale-démocrate allemande Katarina Barley a également rappelé que la démocratie n’est pas une dictature de la majorité.

« Ce qui rend la démocratie spéciale, c’est que la minorité a toujours ses droits et est protégée, c’est ce qui en Hongrie se détériore de plus en plus vite, et contre quoi nous devons lutter », a-t-elle ajouté.

Le rapport devrait être voté par les députés en commission en juillet.


euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.