Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Bourse Entreprise

La France ne ferme pas la porte à la livraison de chars Leclerc à l’Ukraine


Publié le 25 janvier 2023 à 17:05Mis à jour le 25 janvier 2023 à 21:34

Les livraisons d’armes ne doivent pas être un jeu de surenchère médiatique, plaide le gouvernement français, souvent accusé d’être en retrait dans son soutien à l’Ukraine, par rapport à des pays beaucoup plus « vocaux » comme la Pologne ou le Royaume-Uni. En effet, depuis le 24 février 2022, les livraisons d’armes ont été réorganisées et suivent désormais un parcours ordonné.

Ce sont les Ukrainiens, qui disposent de bons soldats et d' »excellents ingénieurs », qui établissent avec les différents pays une liste de leurs besoins en fonction des stocks dont dispose chaque Etat de la coalition. Les demandes sont en partie centralisées à Bruxelles pour les Vingt-Sept, discutées dans le cadre de l’OTAN puis « harmonisées » dans le groupe Ramstein, du nom de la principale base de l’OTAN en Allemagne.

« Les revendications des Ukrainiens suivent en fait les phases du conflit armé avec la Russie : d’abord des demandes pressantes d’artillerie pour résister aux attaques, puis des besoins accrus de défense sol-air lorsque les Russes ont multiplié les attaques de missiles et de drones sur les infrastructures du pays. , et maintenant la demande de chars alors que les lignes de front gèlent à l’Est », explique-t-on dans les milieux militaires. Demain, le débat pourra sans doute à nouveau porter sur la livraison ou non d’avions de chasse, si les lignes ont bougé et s’il faut se protéger des airs des avancées au sol. Mais alors ce sera une autre phase du conflit.

Pas un problème politique, mais militaire

Dans le débat sur les chars, Paris explique ainsi qu’il n’est pas opposé à l’envoi de chars français Leclerc, mais que dans l’immédiat, leur efficacité n’est pas prouvée. « La livraison des chars Leclerc n’est pas un problème politique, mais militaire », explique l’entourage du ministre de la Défense, Sébastien Lecornu. Comme l’a rappelé le président Emmanuel Macron, la France envoie des armes à l’Ukraine sur la base de trois critères : ne pas risquer une escalade du conflit russo-ukrainien, fournir un outil efficace sur le champ de bataille et ne pas mettre en danger notre propre défense nationale.

Pour l’envoi de Leclerc, le risque d’escalade est écarté, les Ukrainiens s’engageant évidemment à ne pas engager les chars livrés sur le territoire russe. Sur les deux autres critères, le débat reste ouvert. Certes, le char Leclerc est aussi efficace que le Leopard allemand ou l’Abrams américain, mais la France est le seul pays d’Europe équipé de ces chars qui ne sont plus fabriqués depuis quinze ans.

Avec un peu plus de 200 unités, dont une centaine sont engagées dans un programme de rénovation pluriannuel pour s’adapter aux autres blindés de l’armée, la France n’a pas la profondeur nécessaire pour la logistique, la maintenance, etc. » Former un soldat ukrainien sur un Leclerc, si le véhicule blindé sur le terrain ne peut être accompagné dans la durée, mérite donc un calcul coût-bénéfice de la part des Ukrainiens », explique-t-on. Former un soldat sur un char Leopard II, toujours en production en Europe, et dont il existe plus de 2 000 exemplaires sur le continent, semble un pari plus judicieux.

Pistolets Caesar et système Mamba SMP/T

Le gouvernement français ajoute que la France a « donné l’exemple » en décidant d’envoyer des chars AMX-10RC, qui sont certes des chars légers d’ancienne génération, mais qui sont néanmoins équipés d’un canon de char (105 mm) et qui ont surtout le mérite de pouvoir être livré très rapidement après une formation de quelques semaines…

A l’inverse, les chars Leclerc, bourrés d’électronique, nécessitent un entraînement plus long, tout comme les Léopards. Au sein de l’état-major français, on souligne ainsi que les Ukrainiens ont davantage insisté pour obtenir les camions d’artillerie César que pour les Leclerc. D’où la longue négociation avec le Danemark pour rediriger les derniers Caesar livrés à l’Ukraine. Pour l’anecdote, c’est une entreprise ukrainienne spécialisée dans le matériel agricole et qualifiée en hydraulique, qui s’est reconvertie dans la maintenance des Caesars…

Vendredi, le ministre des Armées Sébastien Lecornu se rend à Rome où il étudiera avec son homologue la possibilité de livrer un système de défense sol-air Mamba SAMP/T, qui représentera pour la défense antiaérienne ukrainienne une grande saut qualitatif par rapport aux systèmes moyenne gamme Rattlesnake. Mais tout prend du temps, car il faut mettre à jour les différentes pièces du puzzle : radar, missiles, etc. Le SAMP/T a une capacité anti-balistique et cible des missiles de croisière à longue portée.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page