Nouvelles du monde

La firme de diamants de Poutine tirée d’affaire dans le cadre des sanctions de l’UE


L’UE donne carte blanche à la Russie pour continuer à vendre des diamants à Anvers et au reste de l’Europe, malgré la grave escalade en Ukraine.

Il avait prévu de mettre sur liste noire le géant russe de l’extraction de diamants Alrosa dans le cadre des propositions originales de la Commission européenne vues par EUobserver.

  • La société diamantaire Alrosa sponsorise des événements sportifs et des sous-marins militaires (Photo: alrosa.ru)

Alrosa a directement financé un nouveau sous-marin naval russe et versé des milliards d’euros par an au trésor de guerre du Kremlin, a déclaré l’UE.

Le président russe Vladimir Poutine s’était également vanté que l’entreprise détenue majoritairement par l’État lui ait procuré des revenus « sérieux ».

Mais son nom a été supprimé au cours du week-end d’une liste de 29 personnes et sept entités pour faire face à une interdiction et à un gel des avoirs de l’UE, ont montré des documents de l’UE datés du lundi 3 octobre, alors que les diplomates se rapprochaient d’un accord.

Et Alrosa est restée en dehors de l’accord final sur un nouveau paquet de sanctions cloué à Bruxelles mercredi matin, ont déclaré des diplomates.

Le ministère belge des Affaires étrangères a refusé de commenter le revirement d’Alrosa, mais il intervient après que des diplomates belges et des lobbyistes du Centre du diamant d’Anvers ont averti que frapper le secteur du diamant russe coûterait des milliers d’emplois dans la ville, qui abrite la plus grande bourse de diamants au monde.

Le changement d’avis marque une défaite pour les États baltes, l’Irlande et la Pologne, qui avaient d’abord soutenu une interdiction totale des diamants, puis une interdiction des diamants non industriels, puis Alrosa, avant de reculer.

Les nouvelles sanctions doivent entrer en vigueur jeudi.

Ils mettent sur liste noire l’idéologue russe Alexander Dugin, imposent un plafond de prix sur les exportations de pétrole russe et frappent les industries sidérurgiques et forestières russes avec des mesures commerciales d’une valeur pouvant atteindre 7 milliards d’euros.

Ils surviennent après que Poutine ait annexé quatre parties de l’est de l’Ukraine et menacé d’utiliser des armes nucléaires contre quiconque les attaquait – son escalade la plus grave depuis l’invasion de février.

Le chef des affaires étrangères de l’UE, Josep Borrell, et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, ont déclaré mercredi aux députés à Bruxelles que les sanctions contribueraient à mettre fin à la guerre.

Les « livres d’histoire » montreraient « qu’une Europe unie a aidé à résister à l’agression d’une organisation politique radicalement différente [Putin’s Russia] à la nôtre », a déclaré Borrell.

De son côté, le président ukrainien Volodomyr Zelensky a personnellement demandé à la Belgique d’interdire les diamants russes d’Anvers lorsque la guerre a éclaté.

Mais le revirement du diamant de l’UE n’est pas la première ni la seule fois où les États membres ont choisi de protéger les emplois chez eux, au lieu de frapper plus durement l’économie de guerre et les symboles de prestige de la Russie.

Malte a obtenu une période de suppression progressive plus longue du plafond pétrolier russe dans le dernier accord, ont indiqué des sources. La Belgique et l’Italie ont obtenu des dérogations sur les importations de certains produits sidérurgiques russes pouvant aller jusqu’à deux ans.

La Hongrie a également obtenu une exemption d’une élimination progressive par l’UE des importations de pétrole russe plus tôt cette année.


euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Ray Richard

Head of technical department in some websites, I have been in the field of electronic journalism for 12 years and I am interested in travel, trips and discovering the world of technology.
Bouton retour en haut de la page