Skip to content
La fin des programmes d’aide inquiète les PME


La fin des principaux programmes d’aide fédéraux prévue le 7 mai pourrait être un nouveau coup dur pour les PME, qui peinent encore à se remettre des deux dernières années de la pandémie, selon la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

• Lisez aussi : 205 400 travailleurs toujours au salaire minimum au Québec

• Lisez aussi : Pénurie de main-d’œuvre : elle recrute son employé à 850 kilomètres

Certaines mesures d’aide sont néanmoins rétroactives, permettant aux entreprises concernées d’introduire une demande jusqu’à 180 jours après la fin de la période. Cependant, leurs dépenses professionnelles ne seront pas éligibles au-delà du 7 mai.

« La fin des programmes d’aide et les revenus qui restent faibles pourraient pousser un grand nombre de PME qui luttent pour leur survie à réduire leurs activités », a indiqué vendredi par communiqué Jasmin Guénette, vice-président aux affaires nationales à la FCEI.

Solutions

Pour limiter les répercussions négatives, la FCEI réclame notamment une prolongation de la période de remboursement du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) d’une année supplémentaire.

Le manque de main-d’œuvre dans les centres-villes continue de pénaliser les PME, dont 24 % voient leurs revenus affectés par cette tendance.

La pression se fait encore plus sentir dans les secteurs de l’hébergement et de la restauration (46 %), des services à la personne (31 %), de la gestion et de l’administration des entreprises (29 %) et du commerce. commerce de détail (28 %).

Près de trois propriétaires d’entreprise sur cinq croient également que les gouvernements et les grandes entreprises devraient encourager les employés à retourner dans les centres-villes.



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.