Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
L'Europenouvelles des états-unis

La FIFA et l’UEFA n’ont pas enfreint les lois de l’UE en bloquant la Super League européenne, mais les partisans ne sont pas prêts à abandonner




CNN

Les décisions prises par les instances du football FIFA et UEFA de bloquer la Super League européenne (ESL) sont conformes aux lois sur la concurrence de l’Union européenne (UE), selon un avis de l’UE publié jeudi.

« Les règles FIFA-UEFA en vertu desquelles toute nouvelle compétition est soumise à approbation préalable sont compatibles avec le droit européen de la concurrence », a déclaré l’avocat général Athanasios Rantos à la Cour de justice de l’UE (CJUE).

L’ESL a été créée en 2021 par 12 clubs européens avec l’intention de se séparer de l’instance dirigeante du football européen, l’UEFA, pour créer leur propre compétition.

Mais il s’est effondré dans les 48 heures après son lancement alors que l’UEFA s’était engagée à arrêter le « projet cynique », l’instance dirigeante du football mondial, la FIFA, a menacé d’expulser les clubs des compétitions internationales et l’indignation des supporters à travers l’Europe.

L’ESL avait accusé la FIFA et l’UEFA de comportement anticoncurrentiel incompatible avec le droit européen de la concurrence et avait saisi le tribunal de commerce devant lequel elle avait demandé à la Cour de justice de se prononcer sur l’affaire.

« La FIFA se félicite de l’avis rendu aujourd’hui par l’avocat général Rantos de la Cour européenne de justice dans lequel il confirme le statut et la légitimité de la FIFA et de l’UEFA à approuver toute nouvelle compétition de football », a déclaré la FIFA dans un communiqué.

« De même, l’avocat général considère que des sanctions peuvent être prononcées à l’égard des concours qui ne satisfont pas aux critères d’autorisation approuvés. La FIFA salue également la reconnaissance par l’Avocat général des droits exclusifs de la FIFA sur la commercialisation des compétitions internationales organisées par la FIFA.

« Enfin, la FIFA salue la reconnaissance par l’avocat général de la spécificité du sport, notamment la structure pyramidale, qui préserve le caractère de mérite sportif et de compétitions ouvertes accessibles à tous, ainsi que les principes de promotion et de relégation, d’équilibre compétitif, et la solidarité financière.

Dans un communiqué publié jeudi, l’UEFA a déclaré qu’elle se félicitait de l’avis de l’UE le décrivant comme « une étape encourageante vers la préservation de la structure de gouvernance dynamique et démocratique existante de la pyramide du football européen ».

« Le football en Europe reste uni et fermement opposé à la Super Ligue européenne, ou à toute proposition de rupture de ce type, qui menacerait l’ensemble de l’écosystème sportif européen », a ajouté l’UEFA.

La Liga espagnole, la seule ligue impliquée dans la procédure, a soutenu l’avis de l’UE en déclarant « que les règles de la FIFA et de l’UEFA en vertu desquelles toute nouvelle compétition est soumise à une approbation préalable sont compatibles avec le droit de la concurrence de l’UE ».

« La Liga, avec d’autres ligues européennes, continuera à se battre pour le droit des institutions européennes à légiférer et à fournir une protection juridique au modèle actuel du football européen », a déclaré le président de la Liga, Javier Tebas.

L’Association européenne des clubs (ECA), qui représente près de 250 des meilleurs clubs de football européens, a également salué l’avis en disant qu’il « propose un rejet clair des efforts de quelques-uns pour saper les fondements et l’héritage historique du football européen pour le plus grand nombre ».

« L’avis publié aujourd’hui par l’avocat général Rantos renforce l’opposition de longue date de l’ECA à la Super Ligue européenne et à tout projet séparatiste », a ajouté l’ECA.

A22 Sports Management – une société qui a été créée pour parrainer et aider à la création de l’ESL – estime que la décision était un pas dans la bonne direction car elle a déclaré que l’UEFA avait la « responsabilité particulière » de ne pas refuser indûment de nouvelles compétitions.

« Nous sommes ravis de la reconnaissance du droit des tiers d’organiser des compétitions interclubs paneuropéennes », a déclaré le PDG d’A22, Bernd Reichart.

« Nous pensons que les 15 juges de la Grande Chambre qui sont chargés d’examiner cette affaire iront beaucoup plus loin et donneront aux clubs la possibilité de gérer leur propre destin en Europe. »

La Cour de justice de l’UE doit rendre un jugement définitif en 2023.

CNN a contacté le Real Madrid, Barcelone et la Juventus, trois équipes toujours ouvertes à une Super League, pour commentaires et n’a pas immédiatement répondu.

Cnn all En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Jeoffro René

I photograph general events and conferences and publish and report on these events at the European level.
Bouton retour en haut de la page